Pâquerette

2017
Année de création : 2008

Enregistré le 1er mars 2017 au CND

 
close

Pâquerette

Il est intéressant de relire, dix ans après, les réactions suscitées à sa création par Pâquerette, la première pièce de François Chaignaud et Cecilia Bengolea. L’irruption sur la scène chorégraphique de ce duo inclassable a donné lieu à une réception aussi ambiguë que l’objet qu’ils présentaient. La question est au fond de savoir d’où regarder cette pièce qui pose un véritable défi au regard : faut-il la voir comme un « manifeste contra-sexuel », une fantaisie chorégraphique, un précis de préciosité, une performance corporelle ? Toutes les hypothèses restent ouvertes. En effet, l’enjeu de Pâquerette vise autant ce qu’il y aurait à voir que la remise en cause des cadres permettant l’exercice du regard. L’anus, cet œillet violet chanté par Rimbaud y est tour à tour principe de jouissance (invisible), objet pulsionnel, nœud dynamique, béance, moteur du mouvement. Le trajet qu’ils proposent part ainsi d’un voilement empruntant à l’iconographie de la transe, de la béatitude pour rendre possible un dévoilement, puis une mise en mouvement paradoxale. En chemin, c’est à une véritable cartographie du regard que l’on assiste, cherchant à exposer des corps mus par d’autres principes. Entre physique élémentaire faite de poussées, de suspensions, de pénétrations, exercice chorégraphique et liveshow érotique, Pâquerette n’a rien perdu de sa troublante ambivalence. Revoir la pièce, aujourd’hui, permet aussi de la relire à l’aune des projets développés par la suite, et d’en saisir plus clairement certains enjeux : comme celui d’une enquête, simultanément littérale et métaphorique sur la danse par ses trous, ses failles, ses zones inexplorées.

Générique

Conception et interprétation Cecilia Bengolea et François Chaignaud

Spectacle créé en 2008 pour le festival Antipodes au Quartz Scène nationale de Brest.

Durée 28 minutes

Réalisation CND

Mise à jour mars 2017

Bengolea, Cecilia

Née à Buenos-Aires, Cecilia Bengolea se forme aux danses urbaines et poursuit des études de danse anthropologique auprès d’Eugenio Barba avant d’étudier la philosophie et d’histoire de l’art à l’Université de Buenos-Aires. En 2001, elle s’installe à Paris et suit la formation Ex.e.r.c.e. à Montpellier, dirigée par Mathilde Monnier. En 2011, Cecilia Bengolea co-réalise deux courts-métrages en dialogue avec l’œuvre de Levi-Strauss Tristes Tropiques : La Beauté (tôt) vouée à se défaire avec Donatien Veisman et Cri de Pilaga avec Juliette Bineau. Cecilia Bengolea performe la danse comme une sculpture animée, avec la possibilité de devenir objet et sujet en même temps. Elle collabore régulièrement avec les artistes Dominique Gonzalez-Foerster, Monika Gintersdorfer, Knut Klassen ainsi qu’avec les artistes spécialistes du dancehall Damion BG Dancerz et Joan Mendy.

En 2016, Cecilia Bengolea est commissionnée par l’ICA à Londres pour la première édition de Art Night et présente au Covent Garden Market une installation vidéo à l’intérieur d’un dispositif constitué de miroirs holographiques ainsi qu’une performance participative de dancehall en collaboration avec la ballerine Erika Miyauchi et l’artiste dancehall Damion BG Dancerz. En collaboration avec l’artiste anglais Jeremy Deller, elle co-réalise le film RythmAssPoetry, commissionné par la Biennale d’art contemporain de Lyon 2015. Ensemble, ils tournent leur second film en Jamaïque, Bombom’s Dream, commissionné par la Hayward Gallery de Londres et la Biennale d’art contemporain de Sao Paulo 2016.

Source: Site de la compagnie Vlovajob Pru

En savoir plus

vlovajobpru.com


Chaignaud, François

Interprète auprès de Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Gilles Jobin, mais aussi chercheur, chanteur, performeur ou chorégraphe, François Chaignaud développe un travail mélangeant performance et chant où il incarne des figures à la frontière des genres. Depuis 2005, un dialogue soutenu entre François Chaignaud et Cecilia Bengolea donne vie à des œuvres hétéroclites, présentées dans le monde entier.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection