Théorie des Prodiges

2016
Année de création : 2016

À l'origine du projet, une tentative explicite de réenchanter le monde. Confirmation immédiate : il en a besoin ! Mais ici pas de pensée magique, car nul n'entre s'il n'est géomètre.On a remplacé la magie par l'image.

 
close

Théorie des prodiges

À l'origine du projet, une tentative explicite de réenchanter le monde.
Confirmation immédiate : il en a besoin ! Mais ici pas de pensée magique, car nul n'entre s'il n'est géomètre.
On a remplacé la magie par l'image : et ce double inversé finit par nous priver d'imaginaire, affirment Barcellos et Biscuit.
Alors se succèdent des tableaux qui rétablissent l'ordre des réalités. L'espace scénique devient lui- même lieu de prodige.
Le sens de la vie ? C'est l'essence des sens. Le troisième tableau, peut-être le plus animal de tous, met sur le plateau les mouvements saccadés d'étranges créatures aviaires sur un plancher de grilles aux ombres aléatoires. Un bon résumé du projet : la rencontre du corps et de la pensée, de la nature et de la technique.
Le pari est aussi multidisciplinaire que multidimensionnel. Il réussit l'exploit de traverser obliquement les mondes parallèles : le monde du vivant et de sa chair éternellement mouvante, le monde de la musique et des vibrations primordiales (les cordes vocales de Camille Joutard rivalisent avec celles de la diva Plavalaguna) et, surtout, le monde du quatrième élément et de la métaphysique.
Le numérique n'est pas ici la scorie froide d'un dispositif branché. Il permet une divulgation de l'indicible que n'aurait pas reniée le Kubrick de 2001, l'Odyssée de l'espace. Il est la représentation du cantique du quantique !
Car Théorie est avant tout un spectacle de danse gnostique. Ce qu'il cherche, c'est la manifestation des essences, le retour à la source primordiale. Il se faufile dans le microcosme et laisse résonner l'infiniment grand...
Le deuxième tableau —L'oeil unique— est celui du prophète cyclopéen qui traverse la scène en de gracieux mouvements d'une sorte de taï chi cosmique...
Confronté à un dessin d'Escher en trois dimensions peuplé par des créatures issues d'encyclopédies de la Renaissance, on se laisse happer par le souffle ontologique. Entre le manuscrit de Voynich et le Codex Seraphinianus, voici une imagerie alchimique médiévale et archétypale sur laquelle on attend l'exégèse d'un C. G. Jung.
Le tissu translucide qui interfère entre le regard et la scène, et sur lequel sont projetés des mandalas, est le voile d'illusion du monde phénoménal, la Mâyâ de la tradition védique.
C'est sur lui, en toute logique, que monologue la tête pensante du dispositif (incarnée par la comédienne Florence Ricaud).

Source : Maison de la Danse

Générique

Mise en scène, musique, conception vidéo Karl Biscuit
Chorégraphie Marcia Barcellos
Décors et infographie Jean-Luc Tourné
Costumes Christian Burle assisté de Magalie Leportier
Graphisme Vincent de Chavannes
Régie lumières Célio Ménard
Régie son et vidéo Emmanuel Ramaux
Régie plateau et décors Jean-Luc Tourné
Régie générale et lumière Célio Ménard
Danseuses Caroline Chaumont, Daphné Mauger, Mayra Morelli, Sara Pasquier, Agalie Vandamme
Chanteuses Camille Joutard, Maeva Depollier
Comédienne Florence Ricaud
Administration Bruno Trohel
Coproduction Théâtre national de Chaillot - Paris, Maison de la Danse - Lyon, Centre des Arts - Enghien, Théâtre de Grasse, Maison de la Culture de Nevers et de la Nièvre, CDC Les Hivernales.
Système Castafiore est une compagnie conventionnée par la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, et subventionnée le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Ville de Grasse.

Biscuit, Karl

Compositeur et metteur en scène

Issu de la mouvance des musiques expérimentales nord-européennes, il est l'un des artistes du label "Crammed Discs". Proche du mouvement de la jeune danse française, il signe des musiques pour Philippe Decouflé ("un vague café", premier prix du concours de Bagnolet), Dominique Boivin ("Strada Fox"). Il se forme à l'écriture chorégraphique avec Alwin Nikolaïs. Il rencontre Marcia Barcellos avec laquelle il fonde Système Castafiore en 1989. Ils réalisent ensemble 19 créations.

Source: Site de la sie Système Castafiore

En savoir plus

systeme-castafiore.com


Barcellos, Marcia

Chorégraphe

Née à Sao Paulo, elle suit les cours de danse d'Halina Biernacka, soliste de l'Opéra de Varsovie émigrée de l'après-guerre au Brésil. A 17 ans, elle a l'opportunité de venir en France pour passer des auditions. Alvin Nikolaïs la retient pour participer à un stage d'été à la Chartreuse-les-Avignons, stage à l'issue duquel elle est sélectionnée pour intégrer le Centre National de Danse Contemporaine  d'Angers en  1978. Elle dansera les créations d'Alwin Nikolais au sein de la troupe de 10 danseurs choisis par le chorégraphe.Elle s'installe ensuite à Paris où elle danse pour Quentin Rouillier. En 1981 elle fonde avec d'autres jeunes artistes (dont Dominique Rebaud, Alain Michon, Santiago Sempere), le collectif Lolita, à l'origine de nombreuses créations - notamment de "Zoopsi Comédi"- qui ont tournées en Europe et à l'étranger. En 1986, Marcia rejoint, au chant, le groupe Tuxedomoon pour la tournée de Holywars en Europe. En 1989, elle fonde Système Castafiore avec Karl Biscuit. A ce jour, ils ont créé 19 spectacles parmi lesquels des commandes pour des ballets nationaux.

Source: Site de la cie Système Castafiore

En savoir plus

systeme-castafiore.com

 

Système Castafiore

Direction artistique: Karl Biscuit et Marcia Barcellos

Année de création: 1989

Fondé en 1989, Système Castafiore est dirigé par Marcia Barcellos et Karl Biscuit. Elèves d'Alwin Nikolaïs, proches du groupe californien Tuxuedomoon, ils participent au mouvement de la jeune danse française au sein du collectif Lolita. Axant leur recherche sur les fabriques de sens, ils élaborent un projet artistique multidisciplinaire ouvert à l'expérimentation, où la conjugaison interactive de la danse, de la musique et des arts plastiques concourt à refaire le monde en s'amusant. En résidence à la Maison de la Danse de Lyon, les deux chorégraphes créent en 2016 la pièce "Théorie des prodiges".

Source : Site de la cie Système Castafiore

En savoir plus

systeme-castafiore.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés, une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection