Priyèr Sï Priyèr

2015
Année de création : 2015
Déposée par : Lalanbik

Composé d’un trio de danseurs, issus du mouvement hip hop à la Réunion, Priyèr Sï Priyèr donne la suite au travail initié à partir de la pièce Reflex, autour de la notion de rituel.

 
close

Priyèr' Sï Priyèr'

 Composé d’un trio de danseurs, issus du mouvement hip hop à la Réunion, Priyèr Sï Priyèr  donne la suite au travail initié à partir de la pièce Reflex, autour de la notion de rituel. Priyèr Sï Priyèr  trace le parcours de l’être humain  vers sa recherche du sacré et le rituel comme une pratique collective créatrice de lien social entre les individus.

 

La mise en scène développe une approche sur le symbole. Les objets de la vie quotidienne prennent place sur le plateau. Leur manipulation par les danseurs va tendre peu à peu à créer du symbolisme là où il était inexistant. Les lumières tamisées accompagnent le spectateur dans un univers feutré.

 

Didier Boutiana transpose le fait « rituel » en 3 tableaux chorégraphiques. S’inspirant de l’éclectisme religieux existant sur les territoires de l’océan Indien, il en reprend les symboles, les détourne et redéfini leurs utilisations au travers d’un rituel dansé auquel il convie les spectateurs. Le passage d’une étape à l’autre marque le franchissement d’un seuil social et spirituel.

 

L’apport des objets par les danseurs marque l’entrée dans le rituel où chacun possède, son propre passif : ce qui participe à la création d’une atmosphère sacrée.  Ils avancent dans le rituel grâce aux repères que constituent les objets portés comme des symboles sacrés au service de la danse. Les danseurs  manipulent les pierres avec la précaution que l’on réserve à un objet sacré.

 

Le trio poursuit par une danse à l’unisson. C’est la deuxième phase du rituel qui commence, celle où s’installe la pratique  riche de l’énergie des danseurs.  La gestuelle dansée interroge le travail des mains comme la partie première du corps amenée à effectuer le geste, présupposant sa portée sacrée dans l’énergie et l’intention de celui qui le réalise.

 

 

A mesure que le trio progresse, il survient la manifestation de ce qui n’est pas visible et malgré les repères qu’offrent les codes du rituel, une part d’inconnu subsiste dans cette pratique. Elle induit une destruction mentale qui se manifeste par une perte du contrôle de soi. Il s’ensuit une destruction physique, une violence infligée à soi-même ou aux autres. Les luttes qui vont opposer le trio amènent une destruction matérielle : les objets sacrés deviennent des objets de violence et sont dénaturés.

Pour le chorégraphe, le danseur fait l’expérience du sacré dans la pratique de sa discipline. Sur scène, il est habité par quelque chose d’inconnu, une volonté de sublimer le geste, qui relève du sacré et le transcende.

 

 

Boutiana, Didier

Didier Boutiana est un chorégraphe et danseur-interprète né en 1987 dans la ville du Port à l’île de la Réunion. En autodidacte du hip hop, il est repéré par le crew Soul City en 2003 qui l’invite à le rejoindre, ce qui marque son entrée dans le monde de la danse. En 2008, Soul City est finaliste en sélection régionale de la Battle of the Year, compétition internationale de Hip hop. Cette expérience lance le crew qui va bénéficier d’un projet d’accompagnement avec le Kabardock  et se structurer en une compagnie chorégraphique  en 2008.

Didier Boutiana danse pour la première création de Soul City, Haine Terre Rieur, chorégraphiée par Cédric Saïdou.

Parallèlement à sa carrière au sein de Soul City, il collabore avec des chorégraphes de l’océan Indien : la compagnie Yun Chane pour Les Songes de la Horde,  la compagnie Danse en L’ R pour Le blanc entre les mots, la compagnie Artefakt dans X, Y à chaire de peau, ou encore avec la compagnie Dushi Dance Company avec qui il co-écrit la pièce Body of Knowledge.

Devenu chorégraphe de Soul City il signe sa première pièce Réflex en 2013. Avec cette création il décide d’approfondir sa recherche sur la dimension cultuelle de sa danse et propose une écriture qui va s’affirmer dans sa deuxième pièce, Priyèr Sï Priyèr (2015).

 

 

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection Danse Océan Indien

Collection Danse Océan Indien

Déposée par : Lalanbik

Cette collection a l’ambition d’offrir une découverte de la diversité des esthétiques chorégraphiques des territoires de l’Océan Indien. Elle regroupe différents partenaires qui produisent des formats d’éditions audiovisuels sur la Danse et ses pratiques tant contemporaines que patrimoniales. La collection vise à s’enrichir progressivement et en mutualisation avec des contributeurs, des partenaires de ressources qui œuvrent pour la Danse dans l’Océan Indien.

Voir la collection