Giselle

2016
Année de création : 1841

Giselle, jeune villageoise s’éprend du prince Albrecht qui la séduit. Apprenant qu’il est toujours fiancé à une princesse, Giselle perd la raison et meurt...

 
close

Giselle

Giselle, jeune villageoise s’éprend du prince Albrecht qui la séduit. Apprenant qu’il est toujours fiancé à une princesse, Giselle perd la raison et meurt. La Reine des Willis (les esprits des jeunes filles trahies) condamne le prince à danser jusqu’à la mort, mais l’esprit de Giselle s’interpose et lui sauve la vie. Giselle du Yacobson Ballet s’inscrit dans la tradition et conserve l’intensité dramatique, l’émotion et le style romantique originel de l’oeuvre. Créée en 1841, Giselle représente, selon l’expression de Serge Lifar : « l’apothéose du ballet romantique ». Le livret écrit par Théophile Gautier applique parfaitement le principe romantique du mélange des genres : pastorale dans un univers réaliste et prosaïque qui s’achève en tragédie pour l’acte I, domaine fantasmagorique et transfiguration fantastique du drame pour l’acte II. Ce livret oppose, dans un contraste d’abord social, la paysanne spontanée à la duchesse altière, puis, dans une antithèse morale et métaphysique, la vengeresse Myrtha à Giselle la rédemptrice ; on retrouve également dans ce ballet le thème infiniment romantique de la folie, qui s’oppose par nature au rationalisme des classiques et enfin celui de l’amour au-delà de la mort. L’alternance des tonalités de la musique vient renforcer l’efficacité dramatique de la narration. Giselle est considérée comme le ballet romantique le plus achevé parce qu’il concentre tous ces ingrédients intelligemment et sans que rien ne paraisse pesant ou indigeste.

source : Programme Maison de la Danse - 2016

Générique

Chorégraphie : Jean Coralli, Jules Perrot et Marius Petipa
Musique : Adolphe Adam
Livret de : Jules Henri Vernoy de Saint-Georges, Théophile Gautier
Décors et costumes : Viacheslav Okunev
Premiers solistes : Alla Bocharova, Daria Elmakova, Svetlana Smirnova, Alexander Abaturov, Stepan Demin, Artem Pykhachov
Solistes : Elena Chernova, Anastasia Demianova, Anna Ignateva, Olga Mikhailova,
Sergey Davydov, Andrey Gudyma, Igor Iachmenev, Sergei Krylov
Corps de ballet : Rufina Afanasenkova, Nataliia Astashina, Daria Belova, Iana Chernoritckaia, Ekaterina Deryagina, Luisa Garieva, Svetlana Golovkina, Angelina Grigoreva, Galina Ianovskaia, Nataliia Iniushkina, Santa Kachanova, Iuliia Kabatova, Inga Karpova, Berin Kocabasoglu, Roksolana Kozak, Nana Kurauti,
Anna Skvorcova, Darya Tokareva, Yulia Ushakova, Natalie Valev de Bares, Tasman Davids, Aydar Ishmukhametov, Igor Kontarev, Rui Li, Maksim Rodionov, Vadim Smorodin, Bair Taibinov, Iaroslav Timofeev, Evgenii Vladykin, Daler Zaparov
Directeur Artistique : Andrian Fadeev, Artiste émérite de la Fédération de Russie
Directrice adjointe : Lidia Zernova
Responsable du ballet : Yanina Kuznetsova
Maîtres de Ballet : Daria Pavlova, Tatyana Kvasova, Yulia Kasenkova, Ekaterina
Mikhailovtseva, Sergey Vikharev, Igor Nikitin, Alexey Shanin, Nikolay Semenov
Régisseur : Egor Ivanov
Directeur technique  :Evgeny Nikiforov
Techniciens : Viktor Matveev, Vladislav Misnik
Lumière : Maxim Greller
Son : Sergey Petrov
Costumes : Nina Gurova et Madina Bogdanova
Maquillage : Alexandra Gauer
Management de tournée : Le Trait d’Union

Réalisation vidéo : Fabien Plasson
Production : Maison de la Danse - 2016

Fadeev, Andrian

Né à Saint-Pétersbourg, Andrian Fadeev est diplômé de Vaganova Ballet Academy. Il intègre le  ballet du Mariinsky Theatre en 1995 et remporte le Prix Vaganova —Compétition Internationale de ballets— la même année. En 1997, il est promu au titre de Danseur Principal et va devenir rapidement un danseur emblématique de la compagnie pour son interprétation des grands rôles du répertoire. Il a reçu de nombreux autres prix tels que le prix BALTIKA en 1998, le "Golden Sophit" en 2000 et le "The Soul of Dance" du Ballet Magazine la même année, puis en 2006 le prix Leonide Massine. Artiste émérite russe, Andrian Fadeev est nommé à la direction de la compagnie Yacobson Ballet en 2011.

Source: The Kennedy Center

En savoir plus

yacobsonballet.ru

Yacobson Ballet

Direction artistique: Andrian Fadeev

Année de création: 1969

Yacobson Ballet a été fondé en 1969 par Leonid Yacobson alors Maître de Ballet et chorégraphe très renommé. Première compagnie indépendante de Russie — non rattachée à un Opéra — elle devient très vite un événement dans le paysage du ballet russe et reçoit le titre de « Compagnie Miniature » en référence au format court des pièces créées par son fondateur. Pendant ses 7 années de direction, Leonid Yacobson a oeuvré à faire évoluer la danse en Russie et a collaboré avec les plus grands danseurs comme Natalia Makarova, Alla Osipenko, Maya Plisetskaya et Mikhail Baryshnikov.

En 1976, après la disparition de Leonid Yacobson, son plus proche collaborateur prend les rênes de la compagnie et ouvre le répertoire aux chorégraphes russes et étrangers, développant un répertoire de création basé sur les fondements de la technique du ballet. La compagnie commence alors à se faire un nom en dehors de la Russie.

 Depuis 2011, le Yacobson Ballet est dirigé par Andrian Fadeev ancien danseur principal du Mariinsky Ballet. Composée de 75 danseurs à la technique éblouissante et poussée par des Solistes de forte personnalité, c'est avec conviction qu'Andrian veut amener la compagnie à une reconnaissance internationale. Il reprend, en les dépoussiérant, les pièces du répertoire du ballet classique. Tout en respectant la tradition, il commande en les réactualisant de nouvelles productions scénographiques et de costumes. Coupant dans les longueurs et ne gardant que l'essentiel, il redonne à ces œuvres qui ont traversé l'histoire, du panache et du rythme pour les mettre au goût du jour. Une très belle manière de redécouvrir le répertoire du ballet servi avec élégance et brio par de magnifiques danseurs.

Prima ballerina du Théâtre Mariinsky et artiste à la carrière internationale, Irina Kolpakova a travaillé sur la finalisation du ballet Giselle par le Yacobson Ballet. Elle dit de la compagnie que « la technique n'est pas seulement présente dans les fouettés parfaitement exécutés mais également dans le maintien des danseurs, leur manière de porter les costumes et d'exécuter à la perfection chaque mouvement... Le mouvement est une respiration et ces artistes respirent délicatement et avec maitrise. »

Source: Trait d'union

En savoir plus

yacobsonballet.ru/en

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés par Charles Picq ; une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection