Barrel House Blues

Année de création : 1938

Une des premières fusions artistiques vernaculaire, mêlant idées et danse moderne, «Barrel House Blues» fut un choc alors - et surtout une locomotive, qui enchanta le public et déconcerta les critiques.

 
close

Barrel House Blues

Une vieille femme solitaire entrée dans un bar de Chicago, rencontre un jeune homme et fantasme. De la lenteur de la drague, les corps se rapprochent, bassin contre bassin, ils cognent…. Une des premières fusions artistiques vernaculaire, mêlant idées et danse moderne, «Barrel House Blues» fut un choc alors - et surtout une locomotive, qui enchanta le public et déconcerta les critiques.

GENERIQUE

Trio
Création : 1938
Chorégraphe : Katherine Dunham
Reconstruction d’après la partition Laban : Sylvie Duchesne
Coaching : Cléo parker Robinson
Supervision : Marie-Christine Dunham-Pratt
Durée : 8 min
Musique : Jess Stacy

Parker Robinson, Cleo

Cleo Parker Robinson est né le 17 Juillet 1948 à Denver. Elle a failli mourir à dix ans à cause d’une maladie des reins mal diagnostiquée et aggravée du fait de la trop longue attente subie dans l'hôpital ségrégationiste de Dallas. Un médecin lui a dit qu'elle resterait cloué au lit toute sa vie, mais Robinson a refusé de le croire. Elle se jeta dans la danse afin de surmonter la douleur de son corps et le racisme auquel elle avait fait face. Aujourd'hui, elle est la directrice artistique et chorégraphe de la direction du « Cleo Parker Robinson Dance Ensemble ».

Robinson a commencé à enseigner la danse à l’Université du Colorado à l'âge de quinze ans. Elle est diplômée du Collège des femmes du Colorado (maintenant l'Université de Denver), en danse, éducation et psychologie. Elle a étudié avec la danseuse Katherine Dunham puis fonde sa propre compagnie en 1970. La mission de cet ensemble est de favoriser l'appréciation, l'accès et le développement de nouveaux publics pour la danse. Robinson tente d'éduquer le public à propos de la richesse du patrimoine et des cadeaux ancestrales sur lesquelles cet ensemble majoritairement afro-américain s’inspire tout au long de l’année à travers une école de danse, des masterclass en été ainsi qu’une tournée mondiale de leurs spectacles. Robinson cherche également à assurer que les arts soient exercées par les générations futures. Un programme appelé projet Auto-Discovery (PSD) démontre son engagement à la sensibilisation des jeunes. PSD apporte les arts aux jeunes « à risque » de Denver comme une alternative à l'activité des gangs, de la toxicomanie et d'autres possibilités tragiques. Le Cleo Parker Robinson Dance Ensemble a joué dans les prisons, et certains détenus ont travaillé pour la société après leur libération. Robinson croit fermement dans le pouvoir de guérison de l'art et que la danse est un langage universel.

Robinson a collaboré avec de nombreuses personnes sur divers projets, des opéras tels que Aida ou Carmen et à des commissions avec le mentor Maya Angelou. Elle a travaillé avec Marin Alsop, chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique du Colorado, sur des pièces telles que Porgy and Bess et l'Oiseau de Feu de Stravinsky.


Dunham, Katherine

Katherine Dunham, anthropologue et chorégraphe de Broadway, a passé plus de trente ans sur scène et participa à une dizaine de films. Elle a chorégraphié des numéros, des revues, des comédies musicales, des ballets, et mis en scène des opéras. Elle fut l’une des premières vedettes noires mondiales au sens propre du terme. Elle a su toucher un très large public en faisant feu de tout bois (son sens de la scène et de la scénographie, son inspiration thématique, ses sujets, sa beauté…). Elle restaure l’héritage de la culture noire en tant que telle, mais aussi au sein de la danse américaine. Elle redonne sa dignité à l’artiste noir et lui permet d’accéder à la scène de concert.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre Chorégraphique James Carlès

Centre Chorégraphique James Carlès

Le Centre Chorégraphique James Carlès œuvre à la valorisation des formes chorégraphiques issues des traditions sociales et populaires en occident. En 1998 James Carlès créé le centre de danse éponyme autour de plusieurs axes : -La pratique amateur -La formation professionnelle conventionnée -La compagnie James Carlès Dance & Co -Le festival Danses et Continents Noirs -Des résidences pédagogiques (stages et Masters Class avec des artistes internationaux) Au sein de ses créations, la compagnie tend à confronter des cultures chorégraphiques diverses à d’autres formes d’art. Elle mène également des activités autour de la recherche, la conservation, la transmission, la diffusion et la sensibilisation des publics.

Voir la collection