Shango

Année de création : 1945

Lors d’une cérémonie de sacrifice vaudou en hommage à Shango, dieu du tonnerre du peuple yoruba, un coq blanc est sacrifié ; la pièce fait référence ici aux sacrifices humains qui ont survécu dans les îles des Caraïbes.

 
close

Shango

Lors d’une cérémonie de sacrifice vaudou en hommage à Shango, dieu du tonnerre du peuple yoruba, un coq blanc est sacrifié ; la pièce fait référence ici aux sacrifices humains qui ont survécu dans les îles des Caraïbes. Le garçon qui tue le coq est soudain possédé par Damballa, le dieu serpent. Le prêtre le protège par des incantations et écarte le mal de la communauté. Shango est le dieu africain de la foudre et de la justice et est très présent dans la culture afro-caribéenne que Katherine Dunham a étudié à Haïti, Cuba, Trinidad et la Jamaïque.

GENERIQUE

Création : 1945
Chorégraphe : Katherine Dunham
Passeurs : Emilio Lastaria, Jacky Walcoot
Supervision : Marie-Christine Dunham-Pratt
Durée : 12 min
Interprètes : 12 danseurs et 3 musiciens

Carles, James

James Carlès est chorégraphe, chercheur et conférencier. Il reçoit une formation initiale en danses et musiques d'Afrique et de sa Diaspora puis il se forme auprès des grands noms de la danse moderne à New York et à Londres principalement. Depuis 1992, il a engagé une démarche artistique et analytique qui explore les "lieux de jonctions" entre les danses, rythmes et philosophies d'Afrique et de sa Diaspora avec les techniques et les cadres de pensées occidentales. A ce jour, le répertoire de sa compagnie est riche de plus d'une cinquantaine de pièces de sa propre création et d'auteurs comme Katherine Dunham, Pearl Primus, Talley Beatty, Asadata Dafora, Géraldine Armstrong, Rick Odums, Wayne Barbaste, Carolyn Carlson, Robyn Orlin, etc.

Danseur soliste et performer hors pair, James Carlès a été interprète et collaborateur artistique pour non seulement, de nombreux "ensembles musicaux" allant du Baroque, à la musique contemporaine, en passant par le Jazz; mais également des chorégraphes tels que Carolyn Carlson, Robyn Orlin, Rui Horta, Myriam Naisy, etc.

Artiste associé à l'Astrada-Jazz In Marciac de 2012 à 2014, chercheur associé au laboratoire LLA Créatis de l'université Jean-Jaurès de Toulouse, James Carlès est particulièrement investit dans des projets patrimoniaux pour la diversité et la diffusion de la culture chorégraphique.
Il est également créateur et directeur artistique du festival "Danses et Continents Noirs".


Dunham, Katherine

Katherine Dunham, anthropologue et chorégraphe de Broadway, a passé plus de trente ans sur scène et participa à une dizaine de films. Elle a chorégraphié des numéros, des revues, des comédies musicales, des ballets, et mis en scène des opéras. Elle fut l’une des premières vedettes noires mondiales au sens propre du terme. Elle a su toucher un très large public en faisant feu de tout bois (son sens de la scène et de la scénographie, son inspiration thématique, ses sujets, sa beauté…). Elle restaure l’héritage de la culture noire en tant que telle, mais aussi au sein de la danse américaine. Elle redonne sa dignité à l’artiste noir et lui permet d’accéder à la scène de concert.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre Chorégraphique James Carlès

Centre Chorégraphique James Carlès

Le Centre Chorégraphique James Carlès œuvre à la valorisation des formes chorégraphiques issues des traditions sociales et populaires en occident. En 1998 James Carlès créé le centre de danse éponyme autour de plusieurs axes : -La pratique amateur -La formation professionnelle conventionnée -La compagnie James Carlès Dance & Co -Le festival Danses et Continents Noirs -Des résidences pédagogiques (stages et Masters Class avec des artistes internationaux) Au sein de ses créations, la compagnie tend à confronter des cultures chorégraphiques diverses à d’autres formes d’art. Elle mène également des activités autour de la recherche, la conservation, la transmission, la diffusion et la sensibilisation des publics.

Voir la collection