Mourner’s bench

2009
Année de création : 1947

Cette lutte spirituelle et musclée entre un danseur et un banc est inspiré de l‟univers du romancier Howard Fast et fait allusion à l'influence tragique du Ku Klux Klan sur une communauté multiraciale rurale du Sud des Etats-Unis, après la guerre civile.

 
close

Mourner’s bench

Cette lutte spirituelle et musclée entre un danseur et un banc est inspiré de l‟univers du romancier Howard Fast et fait allusion à l'influence tragique du Ku Klux Klan sur une communauté multiraciale rurale du Sud des Etats-Unis, après la guerre civile. L'interprète s'affirme à travers un langage gestuel hautement stylisé contre les thèmes d'oppression et de transcendance; « Assis sur le mourner's bench», il relate le déclin, l'horreur et l'oppression subis par la communauté noire.

Générique

Création : 1947 section de la pièce "Southern Landscape"
Chorégraphe : Talley Beatty
Reprise en 2009 par : James Carlès
Passeurs : Joan Myers Brown - Cie Philadanco, Philadelphie USA
Durée : 6 mn
Musique : «There is a balm in Gilead» chant traditionnel spiritual

En savoir plus : compagniejamescarles.com

Beatty, Talley

Talley Beatty (1923-1995) commence la danse à l'adolescence en étudiant avec Katherine Dunham et se produit de 1937 à 1943 avec la troupe de la danseuse et chorégraphe. Après avoir fondé sa propre compagnie, il crée sa première chorégraphie en 1947, Southern Landscape, oeuvre en cinq parties qui comprend notamment le solo Mourner‟s Bench. La carrière de Talley Beatty se démarque par une création prolifique et variée, des danses contestataires aux méditations abstraites, mais également par une fructueuse collaboration avec l‟oeuvre musicale de Duke Ellington.

mise à jour : novembre 2015


Carles, James

James Carlès est chorégraphe, chercheur et conférencier. Il reçoit une formation initiale en danses et musiques d'Afrique et de sa Diaspora puis il se forme auprès des grands noms de la danse moderne à New York et à Londres principalement. Depuis 1992, il a engagé une démarche artistique et analytique qui explore les "lieux de jonctions" entre les danses, rythmes et philosophies d'Afrique et de sa Diaspora avec les techniques et les cadres de pensées occidentales. A ce jour, le répertoire de sa compagnie est riche de plus d'une cinquantaine de pièces de sa propre création et d'auteurs comme Katherine Dunham, Pearl Primus, Talley Beatty, Asadata Dafora, Géraldine Armstrong, Rick Odums, Wayne Barbaste, Carolyn Carlson, Robyn Orlin, etc.

Danseur soliste et performer hors pair, James Carlès a été interprète et collaborateur artistique pour non seulement, de nombreux "ensembles musicaux" allant du Baroque, à la musique contemporaine, en passant par le Jazz; mais également des chorégraphes tels que Carolyn Carlson, Robyn Orlin, Rui Horta, Myriam Naisy, etc.

Artiste associé à l'Astrada-Jazz In Marciac de 2012 à 2014, chercheur associé au laboratoire LLA Créatis de l'université Jean-Jaurès de Toulouse, James Carlès est particulièrement investit dans des projets patrimoniaux pour la diversité et la diffusion de la culture chorégraphique.
Il est également créateur et directeur artistique du festival "Danses et Continents Noirs".