Shango

2009
Année de création : 1945

Lors d'une cérémonie de sacrifice vaudou en hommage à Shango, dieu du tonnerre du peuple yoruba, un coq blanc est sacrifié ; la pièce fait référence ici aux sacrifices humains qui ont survécu dans les îles des Caraïbes.

 
close

Shango

Lors d‟une cérémonie de sacrifice vaudou en hommage à Shango, dieu du tonnerre du peuple yoruba, un coq blanc est sacrifié ; la pièce fait référence ici aux sacrifices humains qui ont survécu dans les îles des Caraïbes. Le garçon qui tue le coq est soudain possédé par Damballa, le dieu serpent. Le prêtre le protège par des incantations et écarte le mal de la communauté. Shango est le dieu africain de la foudre et de la justice et est très présent dans la culture afro-caribéenne que Katherine Dunham a étudié à Haïti, Cuba, Trinidad et la Jamaïque.

source : compagniejamescarles.com

Générique

Chorégraphe : Katherine Dunham
Repris en 2009 par : James Carlès
Passeurs : Emilio Lastaria, Jacky Walcoot
Supervision : Marie-Christine Dunham-Pratt
Durée : 12 min

Dunham, Katherine

(1909-2006)

Katherine Dunham occupe une place importante dans l'histoire de la danse aux États-Unis. Afro-américaine, elle a surmonté tous les obstacles que la ségrégation raciale a dressés sur sa route, et s'est imposée comme une chorégraphe et artiste de concert de premier plan.

Dans sa jeunesse, elle a étudié l'anthropologie à l'Université de Chicago, avant de poursuivre des études supérieures à la Northwestern University, où elle a travaillé avec l'éminent anthropologue Melville Herskovits.

Dans les années 1930, Mme Dunham a fondé le Negro Dance Group à Chicago, dont l'existence allait être brève, et s'est rendue dans les Antilles pour étudier les danses traditionnelles de la région. Elle a tiré de ce voyage la matière de sa thèse de maîtrise, « Les Danses d'Haïti » (parue en traduction française). Parmi les autres ouvrages qu'elle a publiés, on peut citer Journey to Accompong et Island Possessed.

En 1945, Mme Dunham a ouvert une école de danse interraciale à New York et fondé une compagnie qui allait rester en activité pendant plus de vingt ans. Elle a mis au point sa propre technique de mouvement, empruntant à des influences antillaises, subsahariennes, sud-américaines et afro-américaines en les adaptant. Son style chorégraphique est marqué par la fusion des cultures, ainsi qu'en témoignent des œuvres comme Tropics and Le Jazz Hot (1939), Tropical Revue (1943) et Carib Song (1945).

Mme Dunham a aussi abordé, dans ses chorégraphies, des sujets politiquement explosifs. Dans Southland (1950), par exemple, elle condamnait les lynchages d'Afro-américains commis dans le sud des États-Unis. En 1939, elle a collaboré avec George Balanchine dans le cadre de la comédie musicale de Broadway Cabin in the Sky. Elle a aussi chorégraphié plusieurs films, notamment Stormy Weather (1943) et Casbah (1948).

Katherine Dunham a collaboré à un grand nombre de projets internationaux. Dans les années 1960, elle a représenté les États-Unis au Festival mondial des arts nègres de Dakar. Elle a aussi servi comme conseillère technique et culturelle auprès du président du Sénégal et de son ministre des Affaires culturelles.

source : artsalive.ca

mise à jour : novembre 2015


Carles, James

James Carlès est chorégraphe, chercheur et conférencier. Il reçoit une formation initiale en danses et musiques d'Afrique et de sa Diaspora puis il se forme auprès des grands noms de la danse moderne à New York et à Londres principalement. Depuis 1992, il a engagé une démarche artistique et analytique qui explore les "lieux de jonctions" entre les danses, rythmes et philosophies d'Afrique et de sa Diaspora avec les techniques et les cadres de pensées occidentales. A ce jour, le répertoire de sa compagnie est riche de plus d'une cinquantaine de pièces de sa propre création et d'auteurs comme Katherine Dunham, Pearl Primus, Talley Beatty, Asadata Dafora, Géraldine Armstrong, Rick Odums, Wayne Barbaste, Carolyn Carlson, Robyn Orlin, etc.

Danseur soliste et performer hors pair, James Carlès a été interprète et collaborateur artistique pour non seulement, de nombreux "ensembles musicaux" allant du Baroque, à la musique contemporaine, en passant par le Jazz; mais également des chorégraphes tels que Carolyn Carlson, Robyn Orlin, Rui Horta, Myriam Naisy, etc.

Artiste associé à l'Astrada-Jazz In Marciac de 2012 à 2014, chercheur associé au laboratoire LLA Créatis de l'université Jean-Jaurès de Toulouse, James Carlès est particulièrement investit dans des projets patrimoniaux pour la diversité et la diffusion de la culture chorégraphique.
Il est également créateur et directeur artistique du festival "Danses et Continents Noirs".