Magical

2014
Année de création : 2010
Déposée par : Biennale de la danse

La chorégraphe performeuse Anne Juren et la metteuse en scène Annie Dorsen reprennent cinq gestes iconiques de l’histoire de la performance, les décontextualisent et les mettent à distance en les transposant dans l’univers de l’illusion.

 
close

Magical

 Solo - Réalisation : Annie Dorsen et Anne Juren - 2010

Extrait inspiré d'une performance de Marina Abramović

Quand une chorégraphe/performeuse française, Anne Juren, et une metteure en scène new-yorkaise, Annie Dorsen, choisissent de « rejouer » avec de la magie 5 gestes iconiques de l’histoire de la performance des années 60-70, ce n’est pas dans un but nostalgique, ni de création d’un répertoire. Magical est une pièce qui décale le discours féministe de ces actions. Le corps féminin est-il une illusion ?

En 1964, Yoko Ono invite les spectateurs à découper ses vêtements. En 1967 Valie Export s’expose une arme à la main, jambes écartées, les pantalons découpés au niveau du sexe. En 1975, Carolee Schneemann se livre à un rituel avec des corps nus et de la viande crue, tandis que Martha Rosler parodie une femme dans la cuisine. Un an plus tard, Marina Abramović, la tête couverte d’un foulard noir, danse 6 heures nue devant le public. 5 femmes, 5 gestes, 5 performances historiques. C’est cela que rejoue Anne Juren dans Magical. Mais comme le titre l’indique, la magie entre en scène et les actions sont alors décalées. Que reste-t-il de l’engagement féministe des années 60-70 et de la radicalité de ces performances ? Le spectacle d’une femme nue ? Une illusion d’optique ? Pourquoi pas ! Magical revendique le divertissement trash et kitsch, c’est toujours mieux que la nostalgie.

Source : Biennale de la danse

Crédits

Chorégraphie, magie et performance : Anne Juren — Répétiteur magie : Steve Cuiffo — Conception musicale : Christophe Demarthe — Régie plateau : Roland Rauschmeier — Assistant régie plateau : Sebastian Bauer — Conception lumière : Bruno Pocheron avec Ruth Waldeyer — Directeur technique (Lyon) : Bruno Pocheron — Costume : Miriam Draxl — Assistant de production : Ruth Ranacher — Manager artistique : Silke Bake


Juren, Anne

Cie Wiener Tanz-und Kunstbewegung

Née en 1978 à Grenoble, Anne Juren vit et travaille entre sa ville natale et Vienne (Autriche). Après ses études de lettres modernes et de danse au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon, elle complète sa formation aux studios de Trisha Brown à New York. À côté de ses activités de danseuse avec divers chorégraphes (Saskia Hölbling, Laurent Pichaud, Xavier Leroy), elle participe à plusieurs laboratoires de recherche en danse. Ses créations « Oslo » (2001), « À ? »(2003), « J'aime » (2004) en collaboration avec Alice Chauchat, « Komposition » (2008), « Pièce Sans Paroles » avec Annie Dorsen et DD Dorvillier et « Magical » avec Annie Dorsen ont été présentées dans plusieurs festivals et lieux de danse européens et internationaux.

À travers ses projets, Anne Juren explore les multiples impacts et modulations du mouvement chorégraphiques juxtaposés à différents contextes. En 2006-2007, elle est artiste en résidence au Tanzquartier (Vienne) et participe au programme artistique européen IDEE. En septembre 2009, elle est invitée à participer à la première expo zéro du Musée de la danse à Rennes. Fin 2012, elle présente sa nouvelle pièce intitulée « Lost and Found ».

Plus d'informations : http://www.wienertanzundkunstbewegung.at/

Dernière mise à jour : juin 2012


Dorsen, Annie

Annie Dorsen travaille dans divers domaines, y compris le théâtre, le cinéma, la danse et, à partir de 2010, le "théâtre algorithmique". Plus récemment, "Yesterday Tomorrow" a été créée au Dutch Festival (Amsterdam). Sa performance algorithmique précédente, "A Piece of Work". "Hello Hi There" a été créée au streirischer herbst festival (Graz). Elle est co-créatrice de la comédie musicale "Broadway" en 2008, et de "Passing Strange", qu'elle a également dirigée. Spike Lee a fait un film sur la production de la pièce, qui a été créée au Sundance Film Festival en 2009. En 2010, elle a collaboré avec la chorégraphe Anne Juren sur "Magical" et avec Mrs Juren et DD Dorviller sur "Pièce Sans Paroles".

En 2009, elle a créé deux pièces de théâtre musicales, "Ask Your Mama", inspirée du poème écrit par en 1964 par Langston Hughes, composée par Laura Karpman et chantée par Jessye Norman et The Roots (Carnegie Hall); et "Truckstop d'ETHEL", vu au Brooklyn Academy of Music's Next Wave Festival. Son projet de performance pop-politique "Democraty in America" a été présenté à la salle P.S. 122 (New-York) au printemps 2008. "Spokaoke" (2012) est un projet de karaoké participatif qui utilise des discours politiques et historiques à la place des chants pop. Son court métrage, "I Miss", à l'origine la pièce maîtresse de "Democraty in America". En plus de nombreux prix pour "Passing Strange", Dorsen a reçu le Prix 2014 Herb Alpert pour les arts en théâtre et un Prix 201 pour la Fondation pour l'art contemporain. Elle est professeure invitée à l'Université de Chicago.

Source: Site d'Annie Dorsen ; Site de la Foundation for Contemporary Arts (N-Y)

En savoir plus

anniedorsen.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Biennale de la danse

Biennale de la danse

Déposée par : Biennale de la danse

Tous les deux ans, Dominique Hervieu directrice artistique de la Biennale de la Danse élabore la programmation du festival et propose « la Fabrique du Regard ». Cette fabrique a pour but d’aiguiser le regard des spectateurs, d’engager le dialogue avec les artistes et de partager des réflexions esthétiques. Cette collection dédiée à la culture chorégraphique est un outil central de la Fabrique du Regard. Bonnes découvertes …

Voir la collection