Gerro, Minos and Him

2014
Année de création : 2012
Déposée par : Biennale de la danse

« Notre manière de travailler se base sur les conflits lors de la prise de décision, et sur la dynamique créée par le fait de dire oui à toutes propositions. Nous appelons cela anarchie-démocratie. » Simon Tanguy

 
close

Gerro, Minos and Him


Chorégraphie et danse : Aloun Marchal, Roger Sala Reyner, Simon Tanguy

Hyperactivité assumée, dans la tête et les jambes du chorégraphe Simon Tanguy, il y a de la danse infusée aux méthodes de Steve Paxton et Deborah Hay, du judo, du théâtre physique, du cirque, de la philosophie, de l’improvisation, 4 ans de School for New Dance Development à Amsterdam et l’énergie burlesque du clown.
Sur le plateau de Gerro, Minos and Him, Aloun Marchal, Roger Sala Reyner et Simon Tanguy, guiboles à l’air, il y a tout ça et un peu plus. Et ça tombe bien, à 3 les possibilités n’en sont que plus folles. Les corps peuvent tout faire ou presque, à commencer par passer sans prévenir d’un état à un autre. D’un espace imaginaire à un autre, avec retour brutal sur le plateau, laissé nu comme un ver. Ensemble ou pas, mais chacun dans son propre espace, chacun au centre, chacun dans son propre système, comme de lointains cousins d’un Cunningham shooté au burlesque au-delà du raisonnable.
« Le changement constant des espaces fictionnels est le cœur de la pièce. Cela met le public dans une confusion où il essaie de comprendre où est le danseur, comment il est arrivé là, qu’est-ce qui le fait bouger.» Règles du jeu ? Aucune et toutes à la fois. Pourvu qu’il y ait burlesque, légèreté, tension, frontalité et pourquoi pas danger. « Notre manière de travailler se base, d’une part, sur les conflits lors de la prise de décision, inhérents à toute collaboration, et d’autre part sur la dynamique créée par le fait de dire "oui" à toutes propositions faites en studio. Nous appelons cela "anarchie-démocratie".» Sur le plateau le trio alterne cris, luttes, scènes d’amour kabuki, chants tribaux et même de la danse. Bref de l’état extrême. « C’est parce que chacun combat pour son propre intérêt que la collaboration a cette densité, et qu’une complicité authentique peut apparaître. » Même si les dés sont pipés. Dans le trio se cache le chorégraphe, qui en toute légèreté et petites cruautés ne se prive pas de le rappeler.

 

Crédits

Trio — Création 2012 — Durée 50 min

Chorégraphie et danse : Aloun Marchal, Roger Sala Reyner, Simon Tanguy

Création lumière : Pablo Fontdevila — Regard extérieur : Katerina Bakatsaki, Benoît Lachambre, Igor Dobricic

Tanguy, Simon

Simon Tanguy est chorégraphe et danseur. Il pratique le judo 10 ans avant de créer ses propres spectacles dans une compagnie de cirque à Saint-Brieuc. À 21 ans, il obtient une licence de philosophie à Rennes, s’initie à la danse contemporaine, et poursuit une formation au théâtre physique et au clown à l’école du Samovar (Paris). Il y approfondit les notions de corps burlesque, de jeu bouffonesque et grotesque. En 2011, il est diplômé de la SNDO School for New Dance Development, conservatoire national d’Amsterdam.

Sa physicalité est un alliage explorant l’intensité du mouvement, les états extrêmes d’émotion et la musicalité changeante d’un corps alerte. Il transpose dans la danse l’énergie et la transparence du clown, en mélangeant leurs principes d’improvisation et de composition. Dans ses pièces, les interprètes sont toujours pris dans un flot de différents éléments (émotions, mots, qualités). En passant à travers une multiplicité d’états, Simon Tanguy reflète la vélocité changeante dans laquelle nous vivons.

Il a dansé comme interprète avec des chorégraphes comme Boris Charmatz, Deborah Hay, Maud Le Pladec, Jeanine Durning. Il pratique aussi le Body Weather, une danse de Min Tanaka. En 2011, il crée le solo « Japan », coproduit par le Théâtre de la Ville de Paris et reçoit le prix ITS chorégraphie à Amsterdam en 2011. Le trio Gerro, Minos and Him a reçu le 2ième prix Danse Élargie 2010 au Théâtre de la Ville de Paris et le prix de la meilleure chorégraphie à la Theater Haus de Stuttgart.

Sa compagnie Propagande C, pour propagande Culturelle, est créée en 2013 et a produit trois de ses pièces. En Bretagne, il collabore fréquemment avec le Musée de la Danse, les chorégraphes Marzena Krzeminska et Élisa Le Merrer.

Source : Site de Simon Tanguy

En savoir plus

www.simontanguy.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Biennale de la danse

Biennale de la danse

Déposée par : Biennale de la danse

Tous les deux ans, Dominique Hervieu directrice artistique de la Biennale de la Danse élabore la programmation du festival et propose « la Fabrique du Regard ». Cette fabrique a pour but d’aiguiser le regard des spectateurs, d’engager le dialogue avec les artistes et de partager des réflexions esthétiques. Cette collection dédiée à la culture chorégraphique est un outil central de la Fabrique du Regard. Bonnes découvertes …

Voir la collection