La Création du monde 1923-2012

2012
Année de création : 1923

La pièce intégre, à la manière d'une citation, la version originale du ballet, remontée par Millicent Hodson et Kenneth Archer, mais nous propose avant tout une mise en perspective avec le parcours et le regard de Faustin Linyekula. Fabienne Arvers

 
close

La Création du monde 1923-2012

Le 25 octobre 1923, au théâtre des Champs-Elysées à Paris, a lieu la première de La Création du monde, réalisé sous la direction de Rolf de Maré, fondateur des Ballets suédois, avec la collaboration du poète et écrivain Blaise Cendrars pour l'argument, de Darius Milhaud pour la musique et de Fernand Léger pour les décors et costumes.

Ensemble, ils conçoivent un spectacle où se mêlent couleurs vives et sonorités nouvelles, faisant référence aux formes et mythes africains.

Le thème, la naissance de la Terre et du Ciel, l'apparition de la vie et de l'homme, la rencontre d'un couple, donne le mouvement du ballet chorégraphié par Jean Börlin.

Quête d'une innocence perdue après le traumatisme de la première guerre, La Création du monde est une oeuvre de synthèse qui cherche à mettre en forme un nouveau mode d'expression artistique, tout en faisant l'impasse, malgré l'engagement politique avéré d'un Blaise Cendrars, sur le contexte politique terrible de l'Afrique des années 20.

En se saisissant de ce ballet, le chorégraphe congolais Faustin Linyekula confronte les regards, ceux d'un Occident en quête éper- due de lendemains meilleurs, et ceux d'un continent qui n'en finira plus de payer le prix pour maintenir et renflouer les vieux empires sur le déclin.

C'est en lisant du Du Noir au nègre de Sylvie Chalaye, que Faustin Linyekula découvre l'existence de ce premier ballet d'inspiration nègre. Il y réfléchit pendant plus de cinq ans, période durant laquelle il se documente sur le ballet, s'en imprègne et se l'approprie pour en imaginer sa version.

La Création du monde 1923-2012 intégre, à la manière d'une citation, la version originale du ballet, remontée par Millicent Hodson et Kenneth Archer, mais nous propose avant tout une mise en perspective avec le parcours et le regard de Faustin Linyekula.

Un regard esthétiquement et politiquement acéré.

Texte de Fabienne Arvers pour le Théâtre de la Ville de Paris

--- 

Créé le 31 mai 2012 à l’Opéra national de Lorraine

Direction artistique et chorégraphie 2012 : FAUSTIN LINYEKULA

Musique : Fabrizio Cassol
Scénographie : Jean-Christophe Lanquetin
Costumes : XULY.Bët / Tag : Brok
Lumières : Virginie Galas

Recréation de la chorégraphie de 1923 : MILLICENT HODSON ET KENNETH ARCHER
Ballet : Blaise Cendrars
Chorégraphie d’après Jean Börlin, version de 2000 recrééé et remise en répétition par Millicent Hodson
Musique : Darius Milhaud
Rideau, décors et costumes : dessins d’après Fernand Léger, version de 2000 recréés et supervisés par Kenneth Archer Recréation
Lumières : Olivier Bauer
Répétitrice : Isabelle Bourgeais

Durée : 1h20 avec au centre de la création, la présentation de la pièce historique de 20 minutes

25 danseurs

Linyekula, Faustin

Danseur, chorégraphe et metteur en scène, Faustin Linyekula vit et travaille à Kisangani (République Démocratique du Congo).

Après une formation littéraire et théâtrale à Kisangani, il s'installe à Nairobi en 1993 et fonde en 1997 avec Opiyo Okach et Afrah Tenambergen la première compagnie de danse contemporaine au Kenya, la compagnie Gàara. De retour à Kinshasa en juin 2001, il met sur pied une structure pour la danse et le théâtre visuel, lieu d'échanges, de recherche et de création : les Studios Kabako. Avec sa compagnie, Faustin Linyekula est l'auteur de dix pièces.

Faustin Linyekula enseigne régulièrement en Afrique, aux Etats-Unis et en Europe (PARTS, CNDC Angers, Impulstanz / Vienne, Laban Centre...).

Passionné par le son, Faustin travaille actuellement sur la réalisation de « Banningsville », premier album de Flamme Kapaya (qui a composé la musique de la plupart de ses dernières pièces), dont il assurera également la mise en scène live (première en décembre au KVS Theater à Bruxelles).

Depuis 2006, les Studios Kabako ont recentré leurs activités sur Kisangani, troisième ville du pays au Nord- Est du Congo et accompagnent, par la formation, la production et la diffusion, de jeunes artistes congolais dans le domaine du théâtre et de la danse, mais aussi de la musique et de la vidéo. Ils se sont installés dans une grande maison louée au centre de la ville.

Avec l'architecte allemande Bärbel Müller, Faustin travaille aujourd'hui sur la mise en place d'un réseau de trois centres culturels dans différents quartiers de la ville, qui, à la manière de l'acupuncture, permettrait d'irriguer le corps urbain en favorisant la circulation des hommes et des femmes, des idées et des énergies.

En septembre 2010, ont été achevées les fondations du centre de résidence / laboratoire qui comprendra, à quelques kilomètres de la ville, un espace de répétition danse / théâtre, un studio d'enregistrement professionnel, un studio de mastering, un espace de postproduction vidéo et des logements. Le deuxième pôle au centre de la ville accueillera sur un terrain déjà acquis un lieu de diffusion, tandis que Lubunga, commune la plus peuplée mais aussi la plus délaissée sur l'autre rive du Congo, verra la naissance d'un lieu citoyen, ouvert au dialogue et aux échanges avec les communautés.

Ses dernières créations

Le Cargo
2011

Pour en finir avec Bérénice
2010

more more more... future
2009

The Dialogue Series: iii. Dinozord
2006

The Dialogue Series: i. Franco
2006

Le Festival des mensonges
2005

Radio Okapi
2004

Spectacularly Empty II
2003

Si c'est un nègre (autoportrait)
2003

Triptyque sans titre
2002

Plus d'informations

Site internet de la compagnie

Ressource électronique de la médiathèque du Centre national de la danse

Dernière mise à jour : septembre 2011


Börlin, Jean

Création 1923


Hodsen, Millicent

Recréation 1923


Archer, Kenneth

Recréation 1923

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

CCN - Ballet de Lorraine

CCN - Ballet de Lorraine

Dirigé depuis 2011 par Petter Jacobsson, le CCN - Ballet de Lorraine est un lieu de rayonnement et d’exploration des nouvelles perspectives que l’art chorégraphique peut offrir, ouvert aux autres disciplines. Il est résolument un centre de création, de production, de développement de la culture chorégraphique, de formation, s'appuyant sur une compagnie de 26 danseurs permanents, d'accueil d'artistes en résidence et des publics pour des spectacles, répétitions publiques, rencontres, ateliers et stages.

Voir la collection