Na Grani

2010
Année de création : 2010

Avec Na Grani, Mickaël Le Mer crée un nou­veau vocabulaire chorégraphique, loin des clichés du hip-hop, loin des cartes postales touristiques.

 
close

Na grani

Chorégraphie Mickaël Le Mer
Interprétation Compagnie S'Poart

Pièce pour 10 danseurs créée dans le cadre de l'Année France-Russie 2010

Suite aux visites et rencontres effectuées par Mickaël Le Mer à Ekaterinbourg en décembre 2008 et mai 2009, est née l'envie de mettre en place une pièce dans le cadre de l'Année croisée France-Russie 2010. Cette ville de Russie située à la frontière de l'Europe et de l'Asie, dans l'Oural est un centre industriel. Son histoire particulière et les danseurs qu'il y a rencontrés ont ouvert la voie de ce nouveau spectacle. Labeur poétique, en résonance avec la mémoire des corps, forgé par l'exploration des limites et frontières du geste, mais aussi par la richesse des différences que chacun porte en soi.

Avec Na Grani, Mickaël Le Mer crée un nou­veau vocabulaire chorégraphique, loin des clichés du hip-hop, loin des cartes postales touristiques. Comme on dessine les lettres d'un abécédaire commun, jusque-là inconnu, sur une page blanche que l'on signe de son nom, juste pour se sentir exister. Y fusionnent en creuset les traces des premiers graffiti urbains — les tags — apparus dans les années 70 sur les rames du métro new-yorkais et celles de l'alphabet cyrillique russe d'aujourd'hui, les figures laissés en héri­tage par la breakdance et le souffle vital apporté par la danse contemporaine au tournant des années 80. Un creuset pour une tribu soudée, résistant ici, nomade, respirant là où les frontières deviennent mouvements, architectures et ouverture à l'autre, si différent, si semblable. En marche vers demain, quelles que soient les frontières à traverser.

Source : Biennale de la Danse - Dossier de presse 2010

Générique

Direction artistique et chorégraphie Mickaël Le Mer
Danseurs russes Orlov Artium, Konstin Koudrine, Kate Milutina, Sasha Frolov, Anna Shehekleina Danseurs français Thomas Badreau, David Normand, Thibaut Trilles, Dara You, Mélissa Cirillo Chorégraphe assistant Thibaut Trilles Création lumières Nicolas Tallec Musique Julien Camarena Photographie Nathacha Maraud

Réalisation video Luc Riolon - production 24 images - Collection Scènes d'écran

Mise à jour : février 2013

Le Mer, Mickaël

Né en 1977, Mickaël Le Mer découvre le hip hop au début des années 90, lors de la « 2ème vague ». Il se forme avant tout au sein de l’aventure collective de la Compagnie S’Poart dès 1996. C’est dans ce contexte collectif que Mickaël Le Mer fit son premier essai en tant que chorégraphe et c’est avec "In Vivo" (2007), qu’il inaugure et assume une écriture exigeante qui prend appui sur l’expérience personnelle des danseurs. Le résultat est marqué d’une sensibilité à la fois poétique et urbaine, tout en développant une grande maîtrise de l’espace scénique, et de toutes les composantes du spectacle (lumière, scénographie, musique…).

Son travail fut notamment récompensé en 2009 par le second prix du jury au concours de danse contemporaine "Re-Connaissance", qui est un concours organisé conjointement par la Maison de la danse de Lyon et le Centre de développement chorégraphique de Grenoble. Suite à ce succès, Mickaël Le Mer, directeur artistique et chorégraphe de la compagnie, fut invité par l’Institut Français (anciennement Cultures France) à créer une pièce dans le cadre de l’année croisée France-Russie 2010. Cette demande aboutira à la création de la pièce franco-russe "Na Grani", une pièce chorégraphique pour dix danseurs et danseuses russes et français, issus du hip hop et de la danse contemporaine. "Na Grani" fut jouée pour la première fois à la Biennale de la Danse de Lyon en 2010.

En 2012 vient "Instable", "Rock it daddy" en 2013, "Rouge" en 2014 et le trio "Traces" en 2015. Mickaël travaille également sur sa prochaine création "Crossover" qui sortira à l’automne 2017.

Source: Programme de salle ("Crossover") de Châteauvallon-Scène Nationale

En savoir plus

spoart.fr

 

Riolon, Luc

Après des études de mathématiques supérieures et de médecine, Luc Riolon débute la réalisation dans le cadre de sa faculté de médecine, puis rencontre les chorégraphes des années 1980 (Maguy Marin, Mark Tompkins, Josef Nadj, Daniel larrieu, Odile Duboc, Josette Baiz, Angelin Preljocaj, etc.) avec qui il tourne de nombreux films (recréation pour la caméra, captations). Dans les années 1980 avec le chorégraphe américain Mark Tompkins il introduit la vidéo sur la scène, retransmettant en direct sur des écrans géants les images qu'il tourne avec sa caméra en étant sur le plateau avec les danseurs, mélangeant images sur bande et direct.
Avec Daniel Larrieu, il participe à la création du spectacle Waterproof, chorégraphie contemporaine qui se déroule dans une piscine, en filmant en direct les danseurs évoluant dans l'eau et mixant les images en direct avec des images subaquatiques préenregistrées.
Puis il collabore pendant 10 ans avec Eve Ruggieri pour son émission « Musiques au cœur ». Il tourne avec elle de nombreux documentaires sur la musique classique, l'opéra et la danse.
À partir de 1999 il réalise des documentaires de vulgarisation scientifique, en suivant les travaux de chercheurs de terrain attachés à la résolution d’une énigme particulière. Ces deux domaines artistiques et scientifiques qui peuvent sembler bien séparés l’un de l’autre mais sont pourtant, au regard de Luc Riolon, animés de la même démarche. Le désir de comprendre le monde, que ce soit par l’art ou par la recherche scientifique, et restituer cette découverte au plus grand nombre. Parmi ses documentaires scientifiques récents, on peut citer par exemple « Tchernobyl, une histoire naturelle ?», « L’Énigme du Caïman Noir », « Voyage en eau trouble » ou « Delta du Nil : La fin du miracle ». Ces documentaires de vulgarisation scientifique ont récemment reçu des prix dans des festivals en France, comme à l’étranger.

Source: Vimeo

En savoir plus

vimeo.com

Compagnie S'Poart

Direction artistique: Mickaël Le Mer

Année de création: 1996

L’histoire de la compagnie est avant tout une aventure humaine et collective qui débute en 1996. Suite à de nombreuses collaborations artistiques avec les compagnies Käfig et Accrorap, elle devient professionnelle en 2001 avec son spectacle "Extra Luna", qui fut joué plus de quatre-vingt fois en France et à l’étranger.

Fort de ce succès, le travail de la compagnie S’Poart évolue de création en création, alternant entre créations et shows : « Etre Ange » (2005), « Bleu Akor » (2005), « Mémoire Sensible » (2005), « Vibrations » (2005), « Toi et Moi et Moi et Toi » (2007), « In Vivo » (2007), « Art-Terre » (2010), « Na Grani » (2010), « Rock it Daddy » (2012), « Instable » (2012), « Rouge » (2014), « R » (2015) et « Traces » (2015).

Le travail de la compagnie évolue au fil du temps et se nourrit des collaborations de chacun avec des artistes du cirque, du théâtre, de la musique et bien évidemment de la danse.

La compagnie accède, d’année en année, à une reconnaissance nationale puis internationale. Les spectacles de la compagnie sont actuellement diffusés à travers la France mais également à l’étranger.

Dans un souci de partage et de rencontre, la compagnie S’Poart continue en parallèle de son travail de création et de diffusion, de délivrer des cours à destination de tous les publics.

Très attachée au soutien à la pratique amateur, la compagnie organise régulièrement des soirées de programmation des compagnies régionales (Urban Act) et organise tous les deux ans le festival « Colors ».

Source : Site de la compagnie S'poart

En savoir plus

spoart.fr

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Scènes d'écran

Scènes d'écran

Transmettre la création chorégraphique dans toute sa richesse et sa diversité. Faire découvrir le travail d’artistes contemporains qui interrogent le monde grâce au langage universel du corps. Partager sens et plaisir d'une danse éclectique et généreuse, par la télévision. Témoigner de la diffusion et de l’enracinement de la danse par des lieux de diffusion régionaux. Tel est la mission de cette collection Scènes d’écran.

Voir la collection