Lampe (La)

1990
Année de création : 1990

L'image des femmes dans les chorégraphies et les films des Bouvier-Obadia se construit souvent à partir d'une énergie contradictoire qui les fait hésiter entre la totale soumission et le rejet brutal de leur partenaire.

 
close

Lampe (La)

La lampe

Une femme haletante, un peu groggy, dans un hammam désaffecté. A chaque mouvement sa tête part en arrière et de sa bouche s'échappe un cri. Un homme arrive, une vitre les sépare. Sur les stridulations d'un orchestre à cordes, ils se poursuivent sans pouvoir se toucher. Puis, brusque raptus chorégraphique, changement de décor, étreintes dans des lés de plastique noir ; enfin, ils dansent ensemble.

L'image des femmes dans les chorégraphies et les films des Bouvier-Obadia se construit souvent à partir d'une énergie contradictoire qui les fait hésiter entre la totale soumission et le rejet brutal de leur partenaire. Seules, quelque chose leur manque, mais quand l'autre est là, il devient très vite insupportable. "La Lampe" est la mise en scène magistrale de ce sentiment paradoxal qui constitue l'articulation essentielle de l'écriture des deux chorégraphes. Le film a obtenu quatre prix en 1991 dont celui du jury au festival international du jeune cinéma de Montréal et le grand prix de la qualité de l'image au FIFA.


(Patrick Bossatti)

 

 

 

 

Générique

1990, 8', couleur, fiction

 

Réalisation : Joëlle Bouvier, Régis Obadia

Production : Arcanal, MC Le Havre, Ina, CR Haute-Normandie, films Angle d'ailes

 

 

 

Contact

Ministère de la Culture et de la Communication : claire.perrus@culture.gouv.fr

CNC Images de la culture : alain.sartelet@cnc.fr


Dernière mise à jour : décembre 2013

Bouvier, Joëlle

Depuis la création de leur compagnie l'Esquisse en 1980, Joëlle Bouvier a co-signé avec Régis Obadia 15 oeuvres chorégraphiques diffusées dans le monde entier et co-réalisé 4 court-métrages, primés dans de nombreux festivals (FIPA d'Argent - Sélection officielle au festival de Cannes 1989...) et réalisé plusieurs clips vidéo dont Casser la Voix, de Patrick Bruel (Victoires de la Musique 1990 et Starclip 1990).

Elle a été co-directrice du CCN du Havre de 1986 à 1992, et du CNDC d'Angers de 1993 à 2003.

En 1993, elle réalise seule Le Pressentiment, court-métrage qui obtient le Grand Prix du Festival de Grenoble et le Prix de la Recherche du Festival de Montecatini.

En 1998, elle s'engage dans une démarche de création indépendante. De nombreuses pièces ont vu le jour depuis.

En 1999, elle crée Où en est la nuit, pièce pour 11 danseurs de l'Ecole supérieure du CNDC l'Esquisse, puis Fureurs, au Festival Montpellier Danse en juin 1999 et le solo, Dépêche-toi ! au Festival de Danse de Marseille en juillet 1999.

En novembre 2000, Joëlle Bouvier réalise pour le jeune public L'Oiseau Loup à Sartrouville, qui a été présenté plus de 100 fois, en France et à l'étranger. En septembre 2002, avec 8 danseurs, elle crée De l'Amour, coproduit par la Scène Nationale Les Gémeaux / Sceaux, comme toutes ses créations depuis cette date.

Invitée par Françoise Letellier, directrice de la Scène Nationale Les Gémeaux, Joëlle Bouvier est en résidence de création à Sceaux depuis janvier 2004. Elle crée Le voyage d'Orphée en mars 2004, puis son solo Face à Face en mai 2006, coproduit par le Théâtre de la Ville, Paris.

En octobre 2003, elle est invitée par Didier Deschamps, directeur du CCN - Ballet de Lorraine, pour réaliser Jeanne d'Arc, création pour 10 danseurs qui connaît un grand succès, puis en 2006 La Divine Comédie, pièce pour les 29 danseurs du ballet sur le thème de l'Enfer de Dante.

Parallèlement à son activité de création, Joëlle Bouvier est invitée à réaliser des projets événementiels comme l'animation des vitrines du Grand Magasin Le Printemps à Paris en mars 2002, et en août 2006, elle réalise une performance pour le lancement d'un nouveau produit cosmétique chinois, qui s'est déroulée au Palais des Congrès à Paris.

Joëlle Bouvier a reçu le Grand Prix de la Danse SACD et est nommée en 2000 au grade d'officier des Arts et Lettres.

La saison dernière (2013-2013), la compagnie était en tourné à travers le monde (France, Suède, Italie, Brésil) avec 4 œuvres : Stella (2012), Avà, o homen que caminha (2013), Romeo et Juliette (2009) et Welcome to paradise (2011).

Sources : Compagnie Joëlle Bouvier

En savoir plus


www.joellebouvier.com

Dernière mise à jour : Mars 2014


Obadia, Régis

Régis Obadia est né en 1958 à Oran (Algérie), il étudie la danse de 1976 à 1979 à l'institut des Arts et du mouvement (Françoise et Dominique Dupuy) et s'initie au théâtre avec Jacques Lecoq. En 1980, il crée avec Joëlle Bouvier la compagnie l'Esquisse.
Leurs premières pièces les propulsent au premier plan de la scène nationale et internationale.
Directeurs du centre national de danse contemporaine du Havre de 1986 à 1992, ils sont nommés directeurs artistique du centre national de danse contemporaine d'Angers en 1993, rebaptisé  CNDC l'Esquisse qu'ils dirigent jusqu'en 2003.
En 1998, Régis Obadia s'engage dans une démarche individuelle de création.
Figure importante de la danse contemporaine depuis le début des années 80, Régis Obadia, a tatoué les mémoires des spectateurs par des pièces à la sensualité fiévreuse et au geste puissant. Avec la création de sa propre compagnie depuis 2003, il impose sa patte singulière et son ouverture d'esprit en œuvrant aussi bien du côté de la danse pure que du théâtre. Collaborant régulièrement à des projets avec la Russie, en tandem avec Lisa Wiergasova, il a obtenu différents prix prestigieux dont Le Masque d'Or en 2004 pour sa chorégraphie "Le Sacre du Printemps" et La Mouette en 2004 pour sa mise en scène de L'Idiot au festival Tchaïka de Moscou. Après "Le Sacre du Printemps" (2003) sur la musique de Stravinski, il a signé "Réversibilité" (2005), inspiré des Fleurs du mal de Baudelaire et Trois (2006), sur la musique de La jeune fille et la mort de Schubert, présenté au Théâtre Sylvia Montfort à Paris. Parallèlement, il a réalisé un documentaire Dominique Mercy "danse Pina Bausch" (2003), hommage à l'interprète iconique de la chorégraphe allemande.
Source : Compagnie Régis Obadia

En savoir plus

http://www.regisobadia.com/

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection CNC - Images de la culture

Collection CNC - Images de la culture

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, le catalogue Images de la culture, géré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), présente 300 de ses films consacrés à la danse. Réunissant captations de spectacle, fictions, entretiens ou documentaires, cette collection donne à voir une précieuse diversité d’esthétiques et d’approches de l’art chorégraphique du XXe siècle à aujourd’hui.

Voir la collection