Ushio Amagatsu, éléments de doctrine

1999
Année de création : 1978

Juin 1993 : Ushio Amagatsu et ses danseurs répètent "Graine de cumquat", pièce-fétiche de la compagnie, créée en 1978, qui relate l'initiation au monde d'un petit garçon japonais.

 
close

Ushio Amagatsu, éléments de doctrine

Ushio Amagatsu, éléments de doctrine

Au Japon, le blanc est la couleur du deuil. Les danseurs de butô s'enduisent le corps de poudre blanche et la poétisation de l'espace qui caractérise les pièces de la compagnie Sankai Juku est comme un cadavre exquis, au sens littéral du terme. Pour Amagatsu, fondateur de la compagnie, la danse butô est à la fois vie et mort.

Juin 1993 : Ushio Amagatsu et ses danseurs répètent "Graine de cumquat", pièce-fétiche de la compagnie, créée en 1978, qui relate l'initiation au monde d'un petit garçon japonais. André S. Labarthe et Alain Plagne ont suivi ces répétitions et interrogé le chorégraphe. L'oeuvre d'Amagatsu, axée sur la mort, la souffrance et la cruauté humaine, s'inscrit dans le prolongement des origines du butô, aux lendemains d'Hiroshima. Et même s'il estime sa compagnie moins morbide que celle d'Hijikata, fondateur du butô, ses exigences esthétiques requièrent de la part de ses danseurs une vraie capacité de concentration et d'équilibre. Un film très esthétique sur une compagnie qui ne l'est pas moins.


(Fabienne Arvers)

 

 

 

 

Générique

1993, 65', couleur, documentaire

 

Conception : André S. Labarthe,Alain Plagne

Réalisation : André S. Labarthe.

Production : Art production, Arcanal, CGP

Participation : ministère de la culture et de la francophonie

 

 

 

Contact

Ministère de la Culture et de la Communication : claire.perrus@culture.gouv.fr

CNC Images de la culture : alain.sartelet@cnc.fr


Dernière mise à jour : novembre 2013

Amagatsu, Ushio

Ushio Amagatsu est né en 1949 à Yokosuka City (Japon) et fait partie de la deuxième génération de danseurs butô, Hijikata et Kazuo Ohno en étant les pères fondateurs. Il forme Sankai Juku en 1975. Le Butô est une forme qui transcende les réactions de la génération «post-Hiroshima» au Japon et qui jette les bases d'une approche radicale de la danse contemporaine Japonaise à partir des années 60.

Pour Amagatsu, le butô n'est pas simplement une technique formelle ou un style académique, mais il tend à articuler le langage du corps afin de trouver, au plus profond des êtres, un sens commun, une universalité sereine, quitte à recourir parfois à la cruauté ou à la brutalité. Sa perception peut être différente selon chaque individu. Sa recherche personnelle est basée sur un «Dialogue avec la gravité», titre de son ouvrage paru en 2001, chez Actes sud. Avant de travailler le butô, il suit une formation à l'Ecole de danse classique et moderne de Tokyo. En 1975, il entame une série de longs stages de plusieurs mois pour former sa propre compagnie. Des 30 filles et garçons du début, il ne reste que 3 hommes. Sankai Juku sera donc masculin. Son nom signifie littéralement « l'atelier de la montagne et de la mer » par référence à ces deux éléments omniprésents de la topologie du Japon.

Source : Programme de salle Maison de la Danse

En savoir plus

www.sankaijuku.com

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection CNC - Images de la culture

Collection CNC - Images de la culture

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, le catalogue Images de la culture, géré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), présente 300 de ses films consacrés à la danse. Réunissant captations de spectacle, fictions, entretiens ou documentaires, cette collection donne à voir une précieuse diversité d’esthétiques et d’approches de l’art chorégraphique du XXe siècle à aujourd’hui.

Voir la collection