Odile Duboc - Centre chorégraphique national de Franche-Comté

1997
Auteur : Duboc, Odile

Développant une gestuelle fondée sur la musicalité des corps, le propos chorégraphique d'Odile Duboc est porté par le désir de stimuler l'imaginaire de chaque spectateur.

 
close

Odile Duboc -Centre chorégraphique national de Franche-Comté

Odile Duboc, Centre chorégraphique national de Franche-Comté

Collection Paroles de danses

Une vingtaine d'années consacrées à la création ont fait d'Odile Duboc une figure incontournable de la danse française. Développant une gestuelle fondée sur la musicalité des corps, son propos chorégraphique est porté par le désir de stimuler l'imaginaire de chaque spectateur.

Assise, suivant du regard les gestes de ses interprètes, Odile Duboc transmet sa conception d'une abstraction habitée, pleine d'humanité. A la tête du centre chorégraphique national de Franche-Comté de 1990, à 2008 elle a élaboré une écriture ciselée, toute en suggestions.

Son "Trois Boléros" s'appuie sur la célèbre pièce de Ravel pour en proposer trois versions chorégraphiques : des danses apprises comme des "brins d'histoire" en évolution ; un duo travaillé sur la mémoire d'une rencontre ; et enfin une composition pour une vingtaine de danseurs qui dessine l'aventure d'une communauté. Odile Duboc se disait avant tout amoureuse du mouvement. Sentiment partagé avec ses danseurs, que l'on retrouve ici en répétition.


(Irène Filiberti)



 

Paroles de danses

Cette collection consacrée aux chorégraphes français contemporains se présente comme une série de rencontres autour d'une création. Ces portraits, qui alternent interviews et extraits de spectacles, proposent d'approcher la danse au travers de la pensée et des enjeux du corps, tout en rendant visible le lien qui existe entre réflexion et représentation.

Au début des années 80, une nouvelle génération de chorégraphes est apparue sur la scène française. Investissant les théâtres avec une conception de la danse radicalement autre, ils ont su conquérir un public et inscrire leur travail et leurs idées dans le temps. Aujourd'hui, la plupart d'entre eux dirigent un centre chorégraphique national ou une compagnie reconnue. Au gré de leur parcours ou dans leurs processus de travail, tous mènent un questionnement en prise sur le monde - qu'il se concentre sur le corps, l'écriture, les composantes de la danse (notamment l'espace et le temps) ou la relation aux autres formes artistiques.

 

Angelin Preljocaj - Centre chorégraphique national d'Aix-en-Provence (1996)

Catherine Diverrès - Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne (1996)

Charles Cré-Ange, compagnie Cré-Ange (1997)

Claude Brumachon - Centre chorégraphique national de Nantes (1998)

Jean-Claude Gallotta - Centre chorégraphique national de Grenoble (1996)

Josef Nadj - Centre chorégraphique national d'Orléans (1997)

Mathilde Monnier - Centre chorégraphique national de Montpellier (1998)

Odile Duboc - Centre chorégraphique national de Franche-Comté (1997)

Philippe Decouflé, compagnie DCA (1998)

Régine Chopinot - Centre chorégraphique national de La Rochelle/Poitou-Charentes (1998)

 

 

 

Générique

1997, 26', couleur, documentaire

 

Réalisation : Jean-Michel Plouchard

Production : Injam production, Paris première

Participation : CNC, ministère de la Culture (DMD), ministère des Affaires étrangères

 

 

Contact

Ministère de la Culture et de la Communication : claire.perrus@culture.gouv.fr

CNC Images de la culture : alain.sartelet@cnc.fr

 

Dernière mise à jour : octobre 2013

Duboc, Odile

Née en 1941, Odile Duboc baigne dès son plus jeune âge dans la danse classique avant de découvrir d'autres formes de danse. Dans les années 1970, elle crée à Aix-en-Provence sa propre école : les Ateliers de la danse. En 1983, elle crée à Paris, avec la créatrice lumières Françoise Michel, une compagnie baptisée « Contre Jour », en clin d'œil à leur collaboration. Elle est nommée en 1990 directrice du Centre chorégraphique national (C.C.N.) de Franche- Comté à Belfort, après le grand succès de sa pièce « Insurrection » (1989).
Au sein du C.C.N., elle crée plusieurs œuvres chorégraphiques très remarquées comme «Projet de la matière» (1993), «Trois boléros» (1996) ou «Rien ne laisse présager de l'état de l'eau» (2005), tout en honorant diverses commandes extérieures, avec Ludovic Lagarde notamment, tant dans le monde théâtral qu'à l'opéra, ou encore pour d'autres compagnies de danse (Ballet de l'Opéra de Paris, Ballet du Rhin, Opéra de Lyon, etc.).

Avec son équipe du Centre chorégraphique de Belfort, elle organise aussi de nombreuses actions favorisant le développement de la culture chorégraphique auprès des divers publics de la danse, et crée des événements dont certains associent de nombreux amateurs (« La Pierre et les songes » par exemple, en 2007).
Elle quitte le 31 décembre 2008 la direction du Centre chorégraphique national de Franche- Comté, auquel a été attaché pendant toute cette période le nom de sa compagnie, et prépare en 2009 la reprise de la pièce phare « Insurrection ».

Elle est décédée à Paris le 23 avril 2010 alors qu'elle préparait une création au Centre Pompidou sur une partition de Pierre Boulez.

(Source : document de présentation des fonds d'archives et collections particulières, CND, 2010)

Dernière mise à jour : janvier 2013

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection CNC - Images de la culture

Collection CNC - Images de la culture

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, le catalogue Images de la culture, géré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), présente 300 de ses films consacrés à la danse. Réunissant captations de spectacle, fictions, entretiens ou documentaires, cette collection donne à voir une précieuse diversité d’esthétiques et d’approches de l’art chorégraphique du XXe siècle à aujourd’hui.

Voir la collection