La Minute du spectateur: Bouba Landrille Tchouda

2012

En deux minutes, découvrez un artiste, une œuvre, une compagnie.

 
close

Minute du spectateur (La)

La Minute du spectateur, un rendez-vous vidéo à visionner avant chaque spectacle pour découvrir en deux minutes un chorégraphe, sa compagnie, son vocabulaire, son œuvre.

Une collection présentée par Dominique Hervieu
Produite par la Maison de la Danse de Lyon
Réalisation vidéo par Fabien Plasson
Avec le soutien de l'Association FRIENDS de la Maison de la Danse
En partenariat avec TLM - Télé Lyon Métropole



© Maison de la Danse de Lyon

Tchouda, Bouba Landrille

Comme pour beaucoup de danseurs hip-hop, son apprentissage démarre de manière autodidacte. En 1995, il décide de fonder la compagnie Aca à Saint-Martin-d’Hères, avec Habib Adel, danseur de la même génération. Leur première création, présentée en 1996 dans le cadre des Rencontres Danse Ville Danse à Paris, leur permet de devenir une compagnie de référence en matière de danse hip hop dans la région Rhône-Alpes.

Bercé par les cultures urbaines et les cultures du monde, Bouba Landrille Tchouda aborde la danse sous une multitude de facettes, hip hop, capoeira, danse contemporaine. Son parcours métissé, fait de rencontres originales, alimente son exploration des infinies possibilités du langage de la danse, cherchant à en repousser ses limites, à dépasser les barrières de genres. Il collabore avec des artistes aux esthétiques diverses dont la compagnie Accrorap en tant que danseur-chorégraphe ou le chorégraphe Jean-Claude Gallotta avec lequel il crée le duo SMH. Il fait partie de ces danseurs-chorégraphes issus de la mouvance hip hop qui a su développer une écriture chorégraphique contemporaine singulière. Les tournées nationales et internationales qu’il effectue lui permettent aujourd’hui de se positionner en tant que chorégraphe au-delà de nos frontières.
 
En 2001, il fonde la compagnie Malka et créera, en association avec la Rampe-Echirolles, scène conventionnée pour la danse, les pièces Malandragem, Des Mots, Regarde-Moi, Meia Lua, spectacle franco-brésilien produit dans le cadre de l’année de la France au Brésil puis Murmures avec le concours du Théâtre National de Chaillot et présenté notamment à l’occasion de la Biennale de la Danse de Lyon en 2012.

En résidence à Château Rouge–Annemasse, scène conventionnée au titre des Nouvelles écritures du corps et de la parole, il a créé en 2012 la pièce têtes d’affiche, petit opéra sur la course au désir, puis un énergique et coloré un casse-noisette. En 2014, il assure la direction artistique du tryptique intitulé la preuve par l’autre, élaboré en collaboration avec les chorégraphes Anne Nguyen et Farid Berki, autres figures remarquables de la scène hip-hop. En février 2015, il crée skin - duo avec le pianiste et compositeur anversois Guy Van Nueten, une rencontre aux intonations plurielles, musicales, générationnelles, culturelles.

Pour la rentrée 2016, dans le cadre de la programmation de la Maison de la Danse de Lyon, Bouba prépare "Boomerang". En réponse à la violence inscrite dans notre humanité, les huit interprètes présenteront à corps perdu des rituels dansés comme autant de chavirements, fulgurances et foudroiements.

En janvier 2015, Bouba est nommé chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par la ministre de la culture et de la communication.

Sur un autre champ, pour la prochaine création du Cirque Plume intitulée "La dernière saison", Bernard Kudlak fait appel à Bouba pour chorégraphier certains moments de ce futur spectacle.

Source : site de la Cie Malka

En savoir plus

www.ciemalka.com

 

Hervieu, Dominique

Née en 1962 à Coutances (en Basse-Normandie), Dominique Hervieu dévore du mouvement sous toutes ses formes, depuis l'âge de six ans. Après un premier amour pour la gymnastique, elle élit la danse comme nouvel objet de sa passion : la danse classique, tout d'abord, qu'elle pratique pendant douze ans, principalement avec Michèle Latini ; la danse contemporaine, par la suite, avec Peter Goss, Alwin Nicolaïs et Hervé Diasnas.
En 1981, elle rencontre José Montalvo et élabore avec lui une gestuelle originale faite de fluidité, rapidité et précision, qui va donner un style singulier à leurs créations. Leur complicité artistique donne naissance en 1988 à la Compagnie Montalvo-Hervieu qui se produit sur les plus grandes scènes nationales et internationales. Dix ans et cinq créations plus tard le tandem est nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne.
A partir de 2000, Dominique Hervieu cosigne toutes les chorégraphies de la Compagnie Montalvo-Hervieu qui compte parmi les compagnies contemporaine les plus populaires et les plus reconnues en France comme à l'étranger. En 2000, ils créent spécialement pour l'ouverture du Festival International du Film de Cannes, Variation au Paradis. Cette année-là, Dominique Hervieu devient conseillère artistique du Théâtre national de Chaillot et prend la direction de la mission jeune public. Elle développe alors une action originale d'éducation artistique, s'appuyant sur les relations entre les œuvres et les pratiques artistiques d'une part, et sur les relations entre les arts, d'autre part, en partenariat avec le musée du Louvre et plusieurs institutions parisiennes. Elle imagine notamment en 2004 un parcours chorégraphique au Musée du Louvre qui rassemble 5 000 spectateurs. En 2001, elle crée Mosaïque… Danse(s) d'une ville, spectacle chorégraphique pour 180 danseurs amateurs de 15 à 85 ans, véritable portrait dansé multiculturel de la Ville de Créteil immergeant ainsi les citoyens dans la création. En 2002 et 2003 elle crée deux pièces en « solo » : Intervallo Brio au Festival Mettre en scène, création rassemblant deux danseurs virtuoses, un grand-père et deux petites filles, et une version chorégraphique du Corbeau et du renard.
En 2006, elle crée avec José Montalvo La Bossa Fataka de Rameau. Elle signe également avec lui la chorégraphie et la mise en scène de deux opéras : Les Paladins, sous la direction musicale de William Christie des Arts Florissants au Théâtre du Châtelet à Paris (2004) et Porgy and Bess de George Gershwin à l'Opéra National de Lyon (2008). En 2006, Dominique Hervieu crée avec la complicité de quatre chorégraphes du monde francophone « L'art de la rencontre - Cartes postales chorégraphiques » pour Les francofffonies !. Douze duos filmés naissent de ces rencontres et fournissent la matière à un documentaire pour Arte. En juin 2008, elle est nommée à la direction du Théâtre national de Chaillot.
En 2010 est montée Orphée, dernière création du duo. En juillet de la même année, elle initie un événement national en faveur de la jeune création, avec le Haut commissaire à la jeunesse et le Conseil de la création artistique, Imaginez Maintenant. En juillet 2011, elle succède Guy Darmet à la direction générale de la Maison de la danse et à la direction artistique de la Biennale de la danse à Lyon.

Sources : Maison de la Danse

mise à jour : juillet 2012

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

La minute du spectateur

La minute du spectateur

Retrouvez à travers cette collection "La Minute du spectateur", une introduction en images des spectacles présentés à la Maison de la Danse. Portrait ou approche thématique, ce rendez-vous vidéo est l’occasion d’appréhender un style, l’œuvre d’un chorégraphe ou d’une compagnie. Orchestrée par Dominique Hervieu, chaque « Minute » est une courte découverte de la danse, qui fait dialoguer images d’archives et actuelles.

Voir la collection