Webern Opus V

2012
Année de création : 1966

 
close

Webern opus V

WEBERN OPUS V / Création 1966

Chorégraphie Maurice Béjart 

Présenté à la Maison de la Danse en 2012
Remonté sous la direction Gil Roman

L'œuvre de Maurice Béjart est d'une ampleur et d'une diversité fascinantes. Webern opus V, créé en 1966 témoigne de la passion de Béjart pour la musique de son siècle et présente une écriture chorégraphique claire et dépouillée, dont l'abstraction prend ses racines dans le plus pur vocabulaire académique. Il s'agit du troisième ballet de Maurice Béjart créé sur une musique de Webern, après Temps et Suite viennoise, composés en 1961 
sur l'Opus 6 et l'Opus 10. La musique de l'Opus 5 s'offre sans concessions, austère, dépouillée et Maurice Béjart y répond par une scénographie épurée, de simples costumes qui épousent les lignes du corps. L'intensité et le lyrisme qui se dégagent de ce pas de deux, naissent de cette économie de moyens. L'œuvre est sans trame narrative. Elle évoque juste à travers ses formes, le thème – cher à Maurice Béjart – de la complémentarité des sexes et de la recherche de l'absolu au sein d'un couple.

Source : Maison de la Danse – Programme de salle

Générique

Chorégraphie Maurice Béjart 

Musique Anton von Webern Cinq pièces pour quatuor à cordes, ôter op. 5
Réalisation lumières Dominique Roman

Réalisation vidéo Fabien Plasson

Durée 12 minutes

Mise à jour : décembre 2012

Béjart, Maurice

Au début des années 50, à Paris, Maurice Béjart chorégraphie pour sa première compagnie, Les Ballets de l’Etoile. En 1960, il crée à Bruxelles le Ballet du XXe Siècle. Un quart de siècle plus tard, il déplace sa compagnie à Lausanne, c’est la naissance du Béjart Ballet Lausanne.
 
Maurice Béjart naît à Marseille le 1er janvier 1927. Il débute sa carrière de danseur à Vichy en 1946, la poursuit auprès de Janine Charrat, de Roland Petit et surtout, à Londres, au sein de l’International Ballet. A l’occasion d’une tournée en Suède avec le Ballet Cullberg (1949), il découvre les ressources de l’expressionnisme chorégraphique. Un contrat pour un film suédois le confronte une première fois avec Stravinsky, mais, de retour à Paris, il se fait la main sur des pièces de Chopin sous l’égide du critique Jean Laurent. Le danseur se double dès lors d’un chorégraphe.
En 1955, à l’enseigne des Ballets de l’Étoile, il sort des sentiers battus avec « Symphonie pour un homme seul ». Remarqué par Maurice Huisman, le nouveau directeur du Théâtre Royal de la Monnaie, il règle un triomphal « Sacre du printemps » (1959).

En 1960, Maurice Béjart crée, à Bruxelles, le Ballet du XXe Siècle (1960), une compagnie internationale à la tête de laquelle il sillonne le monde entier, tandis que la liste de ses créations s’allonge : Boléro (1961), Messe pour le temps présent (1967) et L’Oiseau de feu (1970).
1987, le Ballet du XXe Siècle devient le Béjart Ballet Lausanne. Le grand chorégraphe s’installe dans la capitale olympique. En 1992, il décide de réduire la taille de sa compagnie à une trentaine de danseurs pour “retrouver l’essence de l’interprète” et, la même année, il fonde l’Ecole-Atelier Rudra Béjart. Parmi les nombreux ballets créés pour cette compagnie, citons Le Mandarin merveilleux, King Lear – Prospero, À propos de Shéhérazade, Lumière, MutationX, La Route de la soie, Le Manteau, Enfant-Roi, La Lumière des eaux et Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat.

Metteur en scène de théâtre (« La Reine verte », « Casta Diva », « Cinq Nô modernes », « A-6-Roc »), d’opéras (« Salomé », « La Traviata » et « Don Giovanni »), réalisateur de films (« Bhakti », « Paradoxe sur le comédien »…), Maurice Béjart a également publié plusieurs livres (roman, souvenirs, journal intime, pièce de théâtre). En 2007, à l’aube de ses quatre-vingts printemps, le chorégraphe donne naissance à « La Vie du danseur » racontée par Zig et Puce. Alors qu’il crée ce qui sera sa dernière œuvre, « Le Tour du monde en 80 minutes », Maurice Béjart décède à Lausanne le 22 novembre 2007.

Source : Béjat Ballet Lausanne

En savoir plus

bejart.ch

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés par Charles Picq ; une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection