La Cathédrale engloutie

1983
Année de création : 1975
Déposée par : Numeridanse.tv

Le Prélude n° 10 de Claude Debussy, « La Cathédrale engloutie », joué pour la première fois à Paris en 1910, est basé sur l'ancienne légende bretonne de la cathédrale engloutie dans le village d'Ys.

 
close

Cathédrale engloutie (La)

Chorégraphie Jiři Kylián
Interprétation The Nederlands Dans Theater

Le Prélude n° 10 de Claude Debussy, « La Cathédrale engloutie », joué pour la première fois à Paris en 1910, est basé sur l'ancienne légende bretonne de la cathédrale engloutie dans le village d'Ys. Lorsque Kylián a choisi cette musique en 1975 pour sa chorégraphie, il a réduit la légende à son message central pour représenter l'éternel conflit bouillonnant en l'âme humaine qui surgit des lois auto-imposées et de la tentation ou de l'obligation de les briser.

Générique

Chorégraphie Jiři Kylián compagnie Nederlands Danse Theater danseurs Jeanne Solan, Karen Tims, Nils Christe, Eric McCullough
Musique "La cathédrale engloutie" de Claude Debussy
Piano Nico de Rooy
Décors et costumes Jiři Kylián
Réalisateur Hans Hulscher assistant à la réalisation Jellie Dekker

Production NOS production en association avec RM ARTS

1983

DVD DISPONIBLE CHEZ ARTHAUS MUSIK : www.arthaus-musik.com

 

Mise à jour : mai 2012

Kylián, Jiří

 

En savoir plus

ndt.nl/en/home.html

Nederlands dans theater

Direction artistique: Jiří Kylián

Année de création: 1978

 Le Nederlands Dans Theater (NDT) est l’une des compagnies de danse les plus productive des Pays-Bas, si ce n’est du monde entier. Avec six programmes et neuf premières mondiales au cours de la saison 2015/2016, le NDT affiche un nombre sans précédent de nouveaux ballets. Son directeur artistique, Paul Lightfoot, a sciemment choisi de faire peu de reprises : « Il s’agit de création artistique, pas simplement de chorégraphie ».
La compagnie fait preuve depuis toujours de personnalité et d’ambition. Depuis sa création en 1959 par Benjamin Harkarvy, Aart Verstegen et Carel Birnie en collaboration avec dix-huit danseurs du Het Nationaal Ballet (le Ballet National), NDT s’efforce de tracer sa voie dans le domaine de la danse moderne. De manière évidente, Glen Tetley et Hans van Manen ont marqué le NDT par leur esthétique avant-gardiste, et leurs créations progressistes et non-conformistes ont placé la compagnie sur la scène nationale et internationale.
Dans les années 80 et 90, Jiri Kylián a insufflé sa propre philosophie, ce qui a modifié le profil chorégraphique de la compagnie. Kylián est également précurseur en choisissant de se concentrer sur l’éclosion de talents au sein de la compagnie et en offrant à de jeunes professionnels internes mais également venus de l’extérieur, l’occasion de devenir des danseurs et des chorégraphes de renommée internationale. Sol León et Paul Lightfood, tous deux chorégraphes internes du NDT depuis 2002, en sont les premiers exemples.
Depuis 2011, Paul Lightfoot est également directeur artistique de l’ensemble de la compagnie alors que Sol León l’accompagne depuis 2012 en tant que conseillère artistique. Lightfoot et León travaillent ensemble depuis 1989 et ont fêté cette saison le 25e anniversaire de leur collaboration avec de nouvelles œuvres et des reprises de « Sad Case » et « Subject to Change » (NDT 2) et « Sehnsucht and Schmetterling » (NDT 1).
L’idée de séparer en deux la compagnie : une orientée vers le développement de talents (NDT 2), la seconde permettant aux danseurs plus confirmés (NDT 1) de développer pleinement leur personnalité artistique, est appliquée depuis trente ans. Les danseurs du NDT 2 rejoignent le NDT 1 lorsqu’ils répondent aux attentes de la direction artistique. Ces exigences élevées leur permettent d’obtenir l’adhésion du public mais également de nombreuses récompenses internationales. Le danseur et chorégraphe, Medhi Walerski, remporte en 2013 le prestigieux prix Zwaan pour le “meilleur spectacle de danse”. Le rapport du jury du prix VSCD indique « Grâce à son impressionnante apparence et à sa sensibilité théâtrale, sa présence garde tout son sens et il conserve l’attention du public en le fixant continuellement. Walerski est un grand magicien du temps et de l’espace. »
Le niveau n’est pas seulement élevé pour les danseurs mais également pour les chorégraphes (invités). Le NDT est l’un des rares établissements de création mettant à disposition de nombreux chorégraphes extérieurs une scène et l’occasion de créer une œuvre aux côtés d’une compagnie de danse virtuose. Il n’y a donc rien de surprenant à ce que des chorégraphes internationaux maintes fois récompensés comme Crystal Pite, Hofesh Shechter ou encore Marco Goecke soient des invités réguliers du NDT. Leur présence a suscité de fructueux échanges créatifs et des ballets inoubliables, de renommée internationale. Des chefs d’œuvre tels que « Bella Figura », « Symphony in D » et « Déjà Vu » font partie des classiques de la compagnie, dont certains ont même intégrés les archives du musée municipal de la Haye (Gemeentemuseum Den Haag), ce qui représente un phénomène unique dans le monde du ballet néerlandais.

Source : Nederlands Dans Theater

En savoir plus

ndt.nl/home.html