Bach dance expérience

Année de création : 2008

 
close

Bach dance expérience

chorégraphie et mise en scène Jean-Claude Gallotta
direction musicale, piano et clavecin Mirella Giardelli
danseurs Mathilde Altaraz, Darrell Davis, Ximena Figueroa, Benjamin Houal, Thierry Verger, Béatrice Warrand
musiciens Amandine Beyer (violon), Claire Giardelli (violoncelle), Amélie Michel (Flûte), Christine Plubeau (viole de gambe), Geneviève Bois (violons), Laurent Lagresle (violons), Agnieszka Rychlik (violons), Michel Renard (alto), Pascal Gessi (violoncelle), André Fournier (contrebasse)


Aux frottements avec la musique classique, la danse de Jean-Claude Gallotta s'est parfois essayée. On se souvient, en 1995, au Théâtre du Châtelet, de son travail sur La petite renarde rusée, l'opéra de Leos Janacek, ainsi que des citations musicales (Beethoven, Schubert, Ravel…) qui ont émaillé ses différentes chorégraphies, notamment la désormais célèbre « chenille schubertienne » qui traverse encore certains de ses spectacles.
Délivrée par Merce Cunningham et John Cage de la relation obligée qu'elle entretenait depuis toujours avec la musique, la danse contemporaine est libre de jouer avec elle, comme elle l'entend, d'inventer avec elle des rapports ludiques, des associations/oppositions de rythmes, des variations à l'infini. Cette Bach danse expérience est alors pour le chorégraphe une manière de rendre hommage à ses pairs. Mirella Giardelli et Jean-Claude Gallotta se retrouvent ensemble, pour la première fois, sur une scène, disposés à vivre une expérience nouvelle : la rencontre de la gestuelle contemporaine et classique. Cette fois-ci : Bach. « On en revient toujours à Bach » dixit Mirella Giardelli. Il est le compositeur fondateur, le compagnon de l'Atelier des Musiciens du Louvre-Grenoble depuis le spectacle L'Enfance de l'Art et synonyme des éternels recommencements. Et sans doute le marier à la danse contemporaine est une manière de grand écart, à trois siècles de distance. Pour cette sorte de défi, selon la formule habituelle de l'Atelier, Mirella Giardelli s'entoure d'une formation d'orchestre de chambre. Grâce à différentes configurations de jeu, elle tente de nouer avec la chorégraphie des entrelacements de figures – solos, duos, trios afin de jouer avec elle, de « bouger » avec elle, d'inventer avec elle des formes de correspondances ludiques et inventives à partir des Partitas de Bach. Spectacle-concert organisé autour du plaisir, Bach danse expérience propose à la musique et à la danse un moment de partage, où l'une et l'autre auront à s'écouter mutuellement et à entrecroiser leurs variations dans la simplicité d'une rencontre intime. Entre « délassement des âmes », selon les propres mots du compositeur pour définir la musique, et enlacement des corps, possible définition de la danse, Mirella Giardelli et Jean-Claude Gallotta cherchent ensemble des sonorités chorégraphiques, des gestes musicaux pour tenter d'établir entre eux quelques nouvelles correspondances.
Claude-Henri Buffard - 2008

 
Programme
Jean-Sébastien Bach (1685-1750)
Première fugue de L'Art de la fugue
Première partita pour violon : presto, siciliana, adagioSuite en si : Sarabande, polonaise, rondeau, menuet, bourrée
Une variation Goldberg
Premier mouvement de la première sonate de viole de gambe et clavecin
Premier prélude pour clavecinPrélude et allemande de la première suite pour violoncelle
Troisième mouvement du cinquième Brandebourgeois

 

chorégraphie et mise en scène Jean-Claude Gallotta
direction musicale,piano et clavecin Mirella Giardelli
assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz
dramaturge Claude-Henri Buffard
costumes Jacques Schiotto, Marion Mercier
danseurs Mathilde Altaraz, Darrell Davis, Ximena Figueroa, Benjamin Houal, Thierry Verger, Béatrice Warrand
violon Amandine Beyer, violoncelle Claire Giardelli, flûte Amélie Michel, viole de gambe Christine Plubeau, violons Geneviève Bois, Laurent Lagresle, Agnieszka Rychlik, alto Michel Renard, violoncelle Pascal Gessi, contrebasse André Fournier
coproduction Centre Chorégraphique National de Grenoble / Atelier des Musiciens du Louvre • Grenoble

durée : 1h

dernière mise à jour : octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection