Quelques notes de l'art d'aimer

1997
Année de création : 1997

 
close

La Chamoule ou l'art d'aimer

réalisation Jean-François Santoni
chorégraphie Jean-Claude Gallotta

artistes chorégraphiques Annabelle Bonnéry, Jean-Pierre Bonomo, Caroline Boureau, Ana Caetano, Darrell Davis, Jean-Claude Gallotta, Lysiane Magnet, William Patinot, Thierry Verger, Béatrice Warrand, Yarmo Penttila


Note d'intention
Ne faisons pas d'histoire, la danse n'en raconte pas.
« La Chamoule » relève à son tour d'un genre chorégraphique difficile à nommer. Si elle est récit, il est sans anecdotes. Si elle est essai, il est aussi narration. Si elle est variations, elles forment tout de même un continuum. Si elle est tragédie, elle est également légèreté, bref, - il n'y a pas de chorégraphie de boulevard, ni de ballet policier - la danse continue à être cet art de la scène qui entend échapper aux classifications.
Il s'agit ici de l'art d'aimer. Et aimer c'est distinguer. Les dix danseurs de « La Chamoule ou l'Art d'aimer » sont distincts, comme rarement des interprètes le sont. « Etre » sur ce plateau c'est y être différent. Les voici dissemblables sans qu'ils ne renient rien de l'art d'être ensemble. Ils sont grands - très, ou petits - très, blonds ou noirs, lianes ou en muscles. Ils ont aussi des voix, différentes, et des noms, différents. S'ils viennent tour à tour au micro c'est justement pour préciser cela, ou quelque chose d'eux que l'œil n'aurait pas perçu. Leurs vêtements sont de mèche et par transparence permettent de les connaître jusqu'à la peau. Ils s'en étonnent eux-mêmes de dévoiler, plus que leur corps et leur énergie, leur identité. Les danseurs n'ont pas l'habitude. Comment se décrit-on ? Que faut-il dire de soi ? Quelles mensurations faire valoir qui ne ravalent pas leur corps au rang d'archétype ? Ils vont s'y essayer, gauchement, et dire la longueur d'un sourire, d'une tresse, d'un avant-bras, le diamètre d'un poignet, d'un grain de beauté, d'une pupille..., et dire encore plus, du corps les douleurs, jamais les mêmes, chacun la sienne, chacun à la merci de la sienne.
L'art d'aimer tient à ce dépareillement. La danse et l'amour pourraient alors constituer une science humaine qui étudierait la possibilité de continuer à faire naître, grandir, et se côtoyer des êtres dépareillés, divers, disparates et singuliers. On pourrait puiser là quelques forces pour résister au clonage des êtres, des idées, et des comportements.
Claude-Henri Buffard - mars 1997



Générique
réalisation Jean-François Santoni
chorégraphie et mise en scène Jean-Claude Gallotta
assistante Mathilde Altaraz
interprètes Annabelle Bonnéry, Jean-Pierre Bonomo, Caroline Boureau, Ana Caetano, Darrell Davis, Jean-Claude Gallotta, Lysiane Magnet, William Patinot, Thierry, Verger, Béatrice Warrand, Yarmo Penttila
conception de la bande sonore Jean-Claude Gallotta
conception du décor et des costumes Jean-Yves Langlais
lumières Georges Lavaudant
assistant lumières Gérard Gillot
réalisation de la bande sonore Antoine Strippoli
réalisation du décor Espace et Cie - Lyon
réalisation des costumes Myriam Lenoir, Sandrine de Montgolfier, Cécilia Lieury, Christiane Cosnier
production Centre Chorégraphique National de Grenoble
coproduction Le Cargo - Grenoble
production Mille Images, Centre chorégraphique national de Grenoble

durée 56 '

Dernière mise à jour octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection