Daphnis é Chloé

2009
Année de création : 1982

 
close

Daphnis é Chloé

chorégraphie Jean-Claude Gallotta
interprétation Mathilde Altaraz, Jean-Claude Gallotta, Pascal Gravat

 

Les personnages de Daphnis et Chloé, aux origines enfouies, nés d'un roman grec attribué à  Longus, sont venus jusqu'à nous essentiellement par la musique de Maurice Ravel écrite en 1912 pour les Ballets russes, où triompha Nijinski dans le rôle-titre.
Quand, en 1982, quelques mois après son ballet Ulysse, Jean-Claude Gallotta présente ce pas de trois, il en a moins retenu l'argument (Chloé, épouse du jeune berger Daphnis, enlevée par des pirates est ramenée à lui par un miracle du Dieu Pan) qu'il n'a cherché à en travailler le mouvement, à saisir l'énergie, la douceur, la violence de la joute amoureuse.
Créée pour le Festival d'Avignon, interprétée à l\'époque par Mathilde Altaraz, Jean-Claude Gallotta et Pascale Gravat, mise en musique et jouée sur scène par Henry Torgue, cette chorégraphie émut par sa capacité à mêler cérébralité, animalité, humour et joie des sens. Elle reçut alors un accueil enthousiaste de la presse : « sorte de petit chef d'œuvre » pour Libération ; « l'une des plus belles choses qu'il ait été donné de voir » pour le Nouvel Observateur ; « l'essence des rapports amoureux » pour Le Monde

 

Extraits de presse (1982)

"Sans doute l'une des plus belles choses qu'il ait été donné de voir. Une pièce où tout est de la plus exquise finesse, de la poésie la plus déliée, la plus subtile. Daphnis é Chloé est un enchantement, une jubilation de tous les sens. Rarement voit-on la cérébralité rejoindre avec tant de bonheur la joie des sens." 
Raphaël de Gubernatis – Nouvel Observateur

"Tissée d'hésitations, de petits gestes inachevés des mains et des pieds, de cris silencieux qu'une soudaine pudeur interrompt, la danse de Gallotta rayonne pourtant de force retenue. Sans éclairages sophistiqués, sans accessoires, elle a l'art de jeter des arbres entre les pas, des lacs d'eau tranquille entre les corps, elle suggère la nature, la vie, la sexualité comme seul peut le faire un tempérament profondément méditerranéen. Et en même temps, elle reste chaque fois en deçà de l'effet. Gallotta est à la fois prince de la joie et pince sans rire."
Jean Lebrun – La Croix

"La chorégraphie riche et complexe est plus proche du baroque que de l'art minimal, avec des enchaînements répétitifs cassés net, des hochements de têtes et tous les petits gestes tendres, qui n'appartiennent qu'à Gallotta."
Marcelle Michel – Le Monde

 

Générique
chorégraphie Jean-Claude Gallotta
musique Henry Torgue
costumes Jean-Yves Langlais
lumières Manuel Bernard
interprété par Mathilde Altaraz, Jean-Claude Gallotta, Pascal Gravat
coproduction Groupe Emile Dubois et Maison de la culture de Grenoble
spectacle créé pour leFestival d'Avignon en août 1982

durée : 55'

dernière mise à jour : octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection