Rue de Palanka

2010
Année de création : 1996

 
close

Rue de Palanka

chorégraphie Jean-Claude Gallotta
interprète Mathilde Altaraz (solo)

En forme d'adresse pour un rendez-vous avec les traces d'un destin. Un solo en perspective pour Mathilde Altaraz, clef généreuse des songes chorégraphiques de Jean-Claude Gallotta.
Dans Rue de Palanka, on retrouvera une vie de danseuse, celle de Mathilde Altaraz. Allusions, chocs du privé et de l'artistique. Quelque-part je serai là. Je me servirai du réel pour le détourner. Comme dans une fiction dans laquelle le romancier s'inspire de ce qu'il a vécu, avec le corps pour mémoire.


Générique
chorégraphie Jean-Claude Gallotta
interprète Mathilde Altaraz
musiques
Piano Quintet (Moderato - Tempo di valse - Andante - Moderato pastorale)
In Memoriam (Moderato - Tempo di valse - Andante - Moderato pastorale)
Alfred Schnittke (1934)
décors et costumes Jean-Yves Langlais
lumières François Thouret
production du Centre Chorégraphique National de Grenoble
coproduction le Cargo – Grenoble et le Théâtre des Salins - Martigues

durée : 23'

dernère mise à jour le 13/01/2011

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection