Montalvo et l'enfant

2010
Année de création : 1988

 
close

Montalvo et l'enfant

réalisation Claude Mourieras
chorégraphie Jean-Claude Gallotta

L'amitié tumultueuse entre un enfant Valério et Montalvo qui vit au bord d'une voie ferrée. Pandora, la plus jolie fille du quartier aime Roberto et Montalvo. Lors d'un repas pascal où tous se retrouvent en famille, un agneau élevé par l'enfant est tué par Montalvo. Le drame se confond avec celui du trio d'adultes se déchirant dans la nuit lourde d'une banlieue ferroviaire.
Ce long métrage sans aucun dialogue est l'adaptation personnelle de Claude Mouriéras du spectacle Pandora de Jean-Claude Gallotta. La traitement de l'image et de la narration fait précisément référence au film néo-réaliste italien. La dynamique et l'esthétisme de chaque scène créent parfois un décalage entre la conception sophistiquée de la réalisation et la naïveté assumée, la simplicité apparente, de certains partis pris chorégraphique.
Ce film a été présenté en première mondiale au Festival de Cannes dans « la semaine internationale de la critique » en 1989.


Générique
réalisation Claude Mouriéras
chorégraphie Jean-Claude Gallotta
interprètes Mathilde Altaraz, Christophe Delachaux, Jean-Claude Gallotta, Pascal Gravat, Robert Seyfried, Marceline Bertolot, Michel Ducret
co-production La Sept, FR3, INA, Centre Chorégraphique National de Genoble, Maison de la Culture de Grenoble, Le TNDI Châteauvallon, Théâtre de la ville (Paris), SGGC

durée : 73'

dernière mise à jour octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection