Hommage à Pavel Haas

2010
Année de création : 1995

 
close

Hommage à Pavel Haas

de et par Jean-Claude Gallotta

Lorsque Jean-Claude Galotta prend le micro pour présenter son solo, Hommage à Pavel Haas, musicien tchèque mort à Auschwitz en 1944, la nuit vient de tomber sur l'amphithéâtre et on ne peut s'empêcher d'écouter ces mots avec une solennité certaine. Châteauvallon a choisi son camp et ce n'est pas celui de l'obscurantisme.
Très bel hommage que celui du chorégraphe grenoblois, un solo de quinze minutes, loin du spectacle, qui donnait plus à penser qu'à voir.
Pavel Haas, dont la musique avait été classée dans la rubrique dégénérées par les responsables de la culture nazis, après un passage dans le ghetto de Terezin, fut envoyé aux chambres à gaz d'Auschwitz. Jusqu'à sa mort, il travailla sa musique. Galotta s'est appuyé sur la musique de Pavel Haas, à travers le danseur, c'est le musicien qu'on imagine en train de créer. Petits mouvements, petites courses de l'artiste affairé à penser sa musique. Distrait au monde qui l'entoure, pourtant ses allers et venues tracés dans un espace limité, le barbelé posé sur la scène, la marche dans un rayon de lumière, les mots qui veulent sortir, les pensées qui fuient. La lumière s'éteint.
Murielle Fourlon


Générique
chorégraphie et interprétation Jean-Claude Gallotta
musique Pavel Haas(1899 - 1944) / Quatuor à cordes n° 2 op. 7 - Des montagnes du singe (Largo misterioso - La lune et moi)
lumières Jacques Albert
une commande du Théâtre National de la Danse et de l'Image de Châteauvallon

durée : 11'

dernière mise à jour : octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection