L'Enfance de Mammame [duo Dans le corps]

2010
Année de création : 2002

 
close

Enfance de Mammame (L')

chorégraphie et mise en scène Jean-Claude Gallotta
interprètes Camille Cau, Jean-Claude Gallotta, Benjamin Houal, Yannick Hugron, Simon Nemeth, Cécile Renard, Thierry Verger, Loriane Wagner, Béatrice Warrand

 

Intention
Je pense souvent à présenter certaines formes chorégraphiques à des regards d'enfants.
Je me dis d'ailleurs que tous mes spectacles peuvent être vus par des enfants.
Pourtant, avec la compagnie, je me souviens d'avoir improviser à partir de Mammame pour une matinée scolaire.
Ce fut incroyable de jeux d'esprits et de particularités révélées.
La durée, le ton, le rythme, l'accroche des séquences étaient différents.
C'est cette expérience que j'aimerai renouveler en l'organisant et proposer ce spectacle spécifique : l'enfance de Mammame.

***

Les Mammames aiment le théâtre et surtout le projecteur.
Une fois éclairé, il devient leur soleil régénérateur.
Un jour, par mystère, le projecteur s'éteint et disparaît.
Les Mammames vont alors affronter le froid et le triste.
Il existe pourtant une solution, une légende raconte qu'en créant certaines danses, nombreuses et différentes, le projecteur va revenir.
Les Mammames entrent en scène et partent vifs, dans leur quête chorégraphique, à la recherche du projecteur disparu.
Le lutin Schiotto les présentes en chantant et lance la danse des Mammames-enfants…Ocht-oussil !
Jean-Claude Gallotta

 

Le point de vue du dramaturge
Mammame est cette chorégraphie créée en 1985 qui aura parcouru le monde et qui aujourd'hui, devenue pièce du répertoire, fait l'objet de reprises ou de re-créations. Plusieurs générations de publics s'y sont retrouvées.
Jean-Claude Gallotta qui a l'enfance qui le démange « Mon enfance court dans mes genoux devenus grands » fait-il dire à Yvan Vaffan, a voulu fouiller plus encore cette idée de transmission entre les générations en adaptant sa chorégraphie pour un public d'enfants, version intitulée L'Enfance de Mammame.
Adapter une pièce chorégraphique pour de jeunes spectateurs ne consiste pas à la simplifier ni à la schématiser. Cela consiste plus justement à donner au spectacle une forme narrative par laquelle les enfants peuvent mieux l'appréhender. En danse aussi, les enfants aiment qu'on leur raconte des histoires. Il fallait donc que les tribulations de la tribu Mammame soit mise en conte, que leur aventure ait un nom, que les danseurs deviennent des personnages identifiables, qu'un conteur-agitateur (Jean-Claude Gallotta lui-même) vienne dérouler sur la scène le fil du récit.
L'Enfance de Mammame est donc l'histoire d'une bande de Mammames qui vivaient à l'intérieur du théâtre et faisaient une passion pour le projecteur. Ils s'y réchauffaient, dessous tous ensemble. « Un jour, par mystère, dit Gallotta-conteur, le projecteur s'éteint et disparaît. Les Mammames vont alors affronter le froid et le triste. Il existe pourtant une solution, une légende raconte qu'en créant certaines danses, nombreuses et différentes, le projecteur va revenir. Les Mammames entrent en scène et partent vifs, dans leur quête chorégraphique, à la recherche du projecteur disparu. Le lutin Schiotto les présente en chantant et lance la danse des Mammames-enfants.
« Ocht-oussil ! » conclut le chorégraphe dans la langue même des Mammames. Est-il besoin de traduire ? La danse est bien assez grande pour se faire comprendre.
Claude-Henri Buffard

 

Générique
chorégraphie et mise en scène Jean-Claude Gallotta
assistante à la chorégraphie Mathilde Altaraz
costumes Jean-Yves Langlais, adaptation Jacques Schiotto pour la nouvelle production assisté de Marion Mercier et Anne Jonathan
lumières Sylvain Fabry et Jean-Claude Gallotta
musique Henry Torgue, Serge Houppin, Strigall
interprètes Camille Cau, Jean-Claude Gallotta, Benjamin Houal, Yannick Hugron, Simon Nemeth, Cécile Renard, Thierry Verger, Loriane Wagner, Béatrice Warrand
production Centre Chorégraphique National de Grenoble avec le soutien de l'Espace Malraux – Scène Nationale de Chambéry / Savoie


dernière mise à jour : octobre 2014

Gallotta, Jean-Claude

Après un séjour à New York à la fin des années 70 où il découvre l'univers de la post-modern Dance (Merce Cunningham, Yvonne Rainer, Lucinda Childs, Trisha Brown, Steve Paxton, Stuart Sherman...), Jean-Claude Gallotta fonde à Grenoble – avec Mathilde Altaraz – le Groupe Émile Dubois qui deviendra Centre chorégraphique national en 1984. Installé depuis ses débuts à la Maison de la culture (dont il sera le directeur de 1986 à 1989), il y crée plus de soixante chorégraphies présentées sur tous les continents, dont Ulysse, Mammame, Docteur Labus, Presque Don Quichotte, les Larmes de Marco Polo, 99 duos, Trois générations, Cher Ulysse...


Il a également chorégraphié plusieurs pièces pour le Ballet de l'Opéra de Lyon et pour le Ballet de l'Opéra de Paris. Invité par le metteur en scène Tadashi Suzuki à Shizuoka (Japon), il y a créé et fait travailler une compagnie japonaise de 1997 à 2000. Après l'Homme à tête de chou (à partir de l'album de Serge Gainsbourg dans une version d'Alain Bashung) en 2009, il crée en 2011 Daphnis é Chloé (Théâtre de la Ville) et le Sacre du printemps (Théâtre national de Chaillot) ; fin 2012, il présente Racheter la mort des gestes - Chroniques chorégraphiques 1 au Théâtre de la Ville, puis à la MC2 ; début 2013, la recréation d'Yvan Vaffan cherchant ainsi patiemment à partager avec le public un même récit, celui d'une histoire et d'un avenir artistique communs.

En octobre 2013, il co-signe le spectacle l'Histoire du soldat de Stravinsky et l'Amour sorcier de Manuel de Falla avec le chef d'orchestre Marc Minkowski et le metteur en scène Jacques Osinski. En 14-15, il présente le Sacre et ses révolutions à la Philharmonie de Parie et en juin, crée l'Étranger à partir du roman d'Albert Camus à la MC2 : Grenoble.

Il ouvre la saison 2015-2016 avec My Rock à la MC2 : Grenoble, puis au Théâtre du Rond-Point à Paris.

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Groupe Émile Dubois / Compagnie Jean-Claude Gallotta

Jean-Claude Gallotta est aujourd'hui à la tête de sa propre compagnie, le Groupe Émile Dubois, avec lequel il continue à travailler à l'extension du domaine de la danse : dialogue permanent entre création et répertoire, entre territoires de proximité et grandes scènes nationales et internationales. Quatre-vingt pièces en constituent le fonds, d'Ulysse, Daphnis é Chloé ou Mammame à l'Homme à tête de chou, Racheter la morts des gestes, l'Étranger ou My Rock.

Voir la collection