Collections

Biennale de la danse

Tous les deux ans, Dominique Hervieu directrice artistique de la Biennale de la Danse élabore la programmation du festival et propose « la Fabrique du Regard ». Cette fabrique a pour but d’aiguiser le regard des spectateurs, d’engager le dialogue avec les artistes et de partager des réflexions esthétiques. Cette collection dédiée à la culture chorégraphique est un outil central de la Fabrique du Regard. Bonnes découvertes …

 

Hymne aux fleurs qui passent : La Déesse des Fleurs

2000
Année de création : 1998
Déposée par : Biennale de la danse

Lin Lee-Chen rend hommage à l'âme de la terre et de la nature. Cette pièce est une louange aux grandes lois du Ciel et de la Terre, elle chante l'harmonie des principes premiers que sont le Yin et le Yang.

 
close

Hymne aux fleurs qui passent

HYMNE AUX FLEURS QUI PASSENT [La déesse des fleurs] / création 1998

Chorégraphie, mise en scène Lee-chen Lin
Interprétation Legend Lin Dance Theater

Lin Lee-Chen rend hommage à l'âme de la terre et de la nature. Cette pièce est une louange aux grandes lois du Ciel et de la Terre, elle chante l'harmonie des principes premiers que sont le Yin et le Yang. C'est une fresque où les saisons emportent les mille êtres qui composent l'univers. Le Yin et le Yang ne s'y affrontent plus, mais se complètent et alternent en engendrant la profusion de la vie, vie marquée par la complémentarité de la naissance et de la mort, du mouvement et de l'immobilité. La chorégraphe invite ici des cérémonies inoubliables d'une grâce peu commune. Derrière le titre Hymne aux fleurs qui passent  - la déesse des fleurs  se cache une puissante allégorie de la vie et de la mort, s'inspirant des costumes populaires, des rituels religieux et des traditions taiwanaises transmises de génération en génération. Le cycle infernal des morts et de renaissances auquel le Bouddha apprit à échapper ainsi que des considérations sur le flux de l'existence qui emporte tous les êtres, humains et végétaux, ont amené Lin Lee-Chen à concevoir ce spectacle en quatre tableaux : Printemps, Eté, Automne et Hiver. Elle crée sur scène une atmosphère à la fois spirituelle et sensuelle, redonnant à ses pratiques rituelles banalisées par l'usure du temps toute leur portée symbolique dans un souci esthétique fort. Psalmodie des prières et invocations à l'adresse de l'au-delà rythment la méticuleuse gestuelle des danseurs faite de rondeurs, dans la droite tradition de l'opéra chinois. Le recours aux techniques multimédias avec notamment des projections vidéo permet de juxtaposer des espaces et des temps à priori séparés, dans une procession intense à la fois traditionnelle et moderne, religieuse et païenne, artistique et philosophique.

Sources : Programme de salle Maison de la Danse

Générique

Chorégraphie Lin Lee-Chen sur scène 18 danseurs et 5 musiciens costumes Yip Kam-Tim compositeur Chung Yuyui-Kwong décors, scénographie Yip Kam-Tin lumières Cheng Kuo-Yang Avec le soutien du Conseil National des Affaires Culturelles de Taiwan

Quatre tableaux :
Pousses de printemps – Naissance
Ombres d'été – Croissance
Fléchissement d'automne – MaturitéSécheresse de l'hiver – Conservation

Réalisation vidéo Charles Picq date du document vidéo 2000 production Maison de la Danse
Durée de l'oeuve 1h45

Dernière mise à jour : Janvier 2011

Legend Lin Dance Theater

LEGEND LIN DANCE THEATER

Direction artistique Lee-chen Lin
Date de création 1995

En trente ans d'enseignement de la danse, Lin Lee-Chen non seulement n'a jamais touché la moindre rétribution de ses élèves, mais elle n'a en outre pas hésité à puiser dans ses propres économies pour faire vivre sa compagnie. Cette inlassable énergie lui vient de l'immense gratitude qu'elle a envers la nature qui lui donne l'inspiration, mais aussi du respect et de la sympathie qu'elle ressent pour tous ceux qui dansent ou ont dansé avec elle. Faire progresser l'art est une entreprise difficile, particulièrement en Extrême-Orient où se fait sentir encore fortement le poids de la tradition sur les mentalités. Pour affirmer sa propre conception de l'art, il faut mener un combat long et de tous les instants, combat dont les œuvres engendrées, fruits tardifs d'une difficile maturation, portent les cicatrices, mais combat purificateur qui fait resplendir l'art d'une clarté nouvelle. La méthode d'enseignement utilisée au sein du Legend Lin Dance Theatre est aussi simple que forte, elle consiste à exercer inlassablement, doucement, mais intensément, la patience et l'endurance des danseurs, à libérer l'énergie contenue de leur sensibilité, à les amener, par une introspection analytique, à se révéler dans la pureté de leur être et à exprimer librement tout leur pouvoir de séduction.
En préservant et révélant la force du moi profond, le Legend Lin Dance Theatre est à même de former à la danse toutes les personnalités, aussi diverses soient-elles. La danse n'est en effet pas seulement prolongement rythmé du corps, elle est méditation, elle est re-création de la beauté du silence, jaillissement sans cesse renouvelé de la vie…
La compagnie ne vise pas seulement à mettre en scène la profusion et la profondeur de la vie, elle souhaite, en évoquant la nature, susciter en l'homme la vénération du Ciel et de la Terre, et, en recourant aux vertus cathartiques des rites d'offrande antiques, mettre en harmonie l'homme et l'univers. En transmettant de modestes expériences à quelques élèves, le Legend Lin Dance Theatre s'acquitte d'un devoir envers la société. Puisse la danse nous montrer le chemin d'un éternel printemps où le cours de la nature ne sera plus détourné, mais respecté !

Sources : Programme de salle Biennale de la Danse

Dernière mise à jour : Janvier 2011

Vidéos coup de coeur à voir absolument

Les autres vidéos de la collection à découvrir

Toutes les vidéos de la collection