Collections

Biennale de la danse

Tous les deux ans, Dominique Hervieu directrice artistique de la Biennale de la Danse élabore la programmation du festival et propose « la Fabrique du Regard ». Cette fabrique a pour but d’aiguiser le regard des spectateurs, d’engager le dialogue avec les artistes et de partager des réflexions esthétiques. Cette collection dédiée à la culture chorégraphique est un outil central de la Fabrique du Regard. Bonnes découvertes …

 

Bosque Ardora

2014
Année de création : 2014
Déposée par : Biennale de la danse

Rocìo Molina s’abandonne dans une partition chorégraphique quasi barbare presque païenne pour les aficionados de Flamenco. Pourtant les codes du Flamenco sont là.

 
close

Bosque ardora

 

Direction artistique et dramaturgie : Rocío Molina avec Mateo Feijoo

Rocío Molina a depuis longtemps dépassé les codes du flamenco pour en faire un art dans lequel elle excelle, loin de la tradition, mais on ne peut plus proche du duende, ce génie du flamenco qui ne se domestique pas. Ses pieds et son corps n’ont peur de rien, portés par le besoin d’en explorer les multiples résonances et leurs plages secrètes.
Sa nouvelle création, Bosque Ardora, nous invite au coeur d’une forêt chimérique, théâtre d’un jeu ambigu et dangereux. Elle est la Femme, à la fois Artémis, déesse chasseresse, et renard de Teumesse, créature mythologique insaisissable, séductrice et dominatrice, femme et animal.

« Bosque adora » débute par un film de 4 minutes, projeté sur un tulle tendu en avant-scène. C’est l’aube d’une belle journée. Rocìo est à cheval dans un bois imaginaire. Et puis le rideau tombe et Rocìo apparaît divine dans une robe de velours, de cuir et de fourrure, comme une fée, une amazone, une déesse…

Les hommes la regardent, la scrutent mais elle les affronte et les jauge. Quelques pas, quelques jeux d’épaules, quelques regards. Mais qui seront les proies, qui seront les chasseurs ? Un jeu s’installe entre Rocìo et ses 8 hommes (2 danseurs et 6 musiciens), tombés sous le charme de cette femme dominatrice et délicieusement soumise à celui qui voudra jouer avec elle.

Et les émotions cheminent tout au long de la pièce, et sont le fil rouge qui guidera le spectateur jusqu’au bout du chemin de conte pas toujours féérique.

Les scène est nue. Des pendrillons de velours noir tapissent les murs à l’allemande et procurent une sensation d’enfermement. Décor unique, quelques arbres, racines au ciel sont les seuls paravents pour les cacher du regard des spectateurs. Ils pourront se dissimuler derrière les feuillages pour mieux épier, pour mieux viser leur proie. Personne ne pourra quitter la scène pendant toute la durée du spectacle.  

Rocìo Molina s’abandonne dans une partition chorégraphique quasi barbare presque païenne pour les aficionados de Flamenco. Pourtant les codes du Flamenco sont là. La pureté du geste, la virtuosité de ses « punteado » et de « redouble ».

Source : Mister Dante

 

Crédits

Pièce pour 3 danseurs et 6 musiciens — Création 2014 — Durée 1h15

Direction artistique et dramaturgie : Rocío Molina avec Mateo Feijoo

Direction musicale : Rosario « La Tremendita » 
Poèmes : Maite Dono
Danseurs : Rocío Molina, Eduardo Guerrero, David Coria
Musiciens : Eduardo Trassiera (guitare), Jose Angel Carmona (chant), Jose Manuel Ramos « Oruco » (palmas-compas), Pablo Martin Jones (percussions), José Vicente Ortega « Cuco » (trombone), Agustin Orozco (trombone)
Musique : Eduardo Trassiera (composition de guitare originale et arrangements pour trombones)
Collaboration : David Dorantes (composition de la pièce Mandato pour trombones)
Scénographie : Mateo Feijoo
Création costumes : Josuep Ahumada
Création lumières : Carlos Marquerie

 

Molina, Rocío

Née en 1984, Rocío Molina s’initie à la danse dès l’âge de trois ans. En 2001, elle entre dans la compagnie de María Pagés et termine brillamment sa formation au Conservatoire royal de danse de Madrid en 2002. En 2005, elle présente son premier spectacle "Entre parades", puis "El Eterno Retorno". En 2006, elle crée "Turquesa como el limón" en duo avec Laura Rozalén.Cette même année, à la Biennale de Flamenco de Séville, elle participe avec Carmen Linares, Belén Maya et Rafaela Carrasco au spectacle Andalucía, el Flamenco y la Humanidad dirigé par Mario Maya. En 2007, elle présente "Por el decir de la gente", puis elle déshabille sa danse et montre le flamenco nue dans "Almario". Ensuite, elle crée, entre autres, "Oro Viejo" (2008), "Vinática" (2011) et "Afectos" (2012). En 2009, Rocío Molina présente Almario au Festival de Jerez, avant de participer au spectacle dirigé par Carlos Saura Flamenco Hoy avec Pastora Galván, Manuel Liñán et Belén López, ainsi qu' au film correspondant: "Flamenco, Flamenco" (2010). En octobre de la même année, elle crée en résidence à la Laboral de Gijón, "Cuando las Piedras Vuelen", un spectacle expérimental totalement novateur et risqué.

 

Enfant prodige, danseuse intelligente, innovante, libre, courageuse et effrontée, Rocío Molina apporte sa contribution à l'évolution du flamenco contemporain en assimilant sans limite la tradition, les styles de ses contemporains ainsi que ses propres découvertes, pour aller, semble -t-il, toujours plus loin.Le public de Chaillot a découvert Rocío Molina en 2008 avec "Mujeres" et l’a retrouvée l’année suivante avec "Cuando Las Piedras Vuelen", puis, en 2013, avec le solo Danzaora lors de la première Biennale d’art flamenco. En mars 2015, lors de la deuxième édition de ce festival, elle danse aux côté de la danseuse de hip Honji Wang dans le spectacle Fealhikum de Sébastien Ramirez et reprend son spectacle "Bosque Ardora", créé à Séville quelques mois auparavant. En 2015/2016, la chorégraphe est artiste associée au Théâtre National de Chaillot. Elle présente deux impulsos ou improvisations publiques dans le Grand Foyer de Chaillot. En novembre 2016, elle créé à Chaillot "Caída del Cielo".

Sources : Festival Flamenco de Toulouse ; Théâtre National de Chaillot

En savoir plus

rociomolina.net

Vidéos coup de coeur à voir absolument

Les autres vidéos de la collection à découvrir

Toutes les vidéos de la collection