Apprendre & Comprendre

Apprendre & Comprendre

L’espace Apprendre & Comprendre regroupe le contenu éditorialisé et les outils indispensables pour mieux comprendre le monde de la danse

 

La danse à la croisée des arts

Pour le chorégraphe américain Merce Cunningham, « la danse est un art indépendant ». Mais, ajoute-t-il, d’autres éléments peuvent venir l’enrichir. Par la confrontation avec l’architecture, la musique, le cirque ou le théâtre, avec lesquels elle partage des territoires communs comme l’espace, le rythme, la virtuosité, la narration…, la danse explore des possibilités nouvelles et ne cesse de se réinventer. C’est ce qu’illustrent les huit séquences de ce Thema. Un panorama qui souligne les ouvertures auxquelles la danse, art vivant, continue de se prêter.

Danse et humour

« Et vous trouvez cela drôle ? ». C’est par cette formule faussement cinglante que les Hivernales d’Avignon intitulèrent leur édition 2007 consacrée au rire dans la danse. Un thème plutôt insolite tant la danse contemporaine passe pour sérieuse et peu encline à déclencher les zygomatiques des spectateurs. Il est vrai qu’il lui fallut d’abord faire montre de profondeur et de gravité pour revendiquer sa place dans le paysage chorégraphique français. Mais depuis quelques années, la tendance est à l’humour. Et ce n’est pas une blague! Ce Théma est là pour en témoigner.

Danses dehors

À différentes périodes du XXème siècle, les mouvements alternatifs ont sorti la danse des scènes et des théâtres. La raison était tantôt de redécouvrir le corps et de revenir à une danse organique et rituelle, tantôt d’imaginer une gestuelle personnelle et inspirée du quotidien ou encore de réagir à son environnement. Et lorsque la danse sort, elle se joue de la frontalité du plateau, parfois même de l’horizontalité et de l’apesanteur. Son aspect spectaculaire et performatif est alors remis en question et ses codes d’écriture sont bousculés.

Corps dansants

Ce théma est l’occasion de s’interroger sur la variété des corps que propose la danse contemporaine, des corps glorieux aux corps « disgracieux », et sur la plus ou moins grande visibilité de certains corps. Mais c’est aussi la manière de montrer le corps qui varie : entre nudité complète et corps tout à fait caché ou recouvert.