Apprendre & Comprendre

Apprendre & Comprendre

L’espace Apprendre & Comprendre regroupe le contenu éditorialisé et les outils indispensables pour mieux comprendre le monde de la danse

 

Une matière de la danse : les états de corps

On rencontre fréquemment dans le discours des danseurs le terme « état de corps » pour désigner un ensemble de sensations qui contribue à travailler le mouvement. Mais comme l’écrivait récemment la chorégraphe québécoise Mélanie Demers : « On dit état de corps sans trop y penser. On a entendu le concept quelques fois. On le trouve beau. Ça sonne bien. Ça ne dit rien. » Comment aller au-delà de ce constat désabusé ? Que sous-entend vraiment cette expression si fréquemment employée ? C’est ce que nous allons essayer d’explorer dans ce Thema.

Rituels

« Animal social, l'homme est un animal rituel, souligne l'anthropologue britannique Mary Douglas. Supprimez une certaine forme de rite, et il réapparaît sous une autre forme avec d'autant plus de vigueur que l'interaction sociale est intense ». Modernisation, urbanisation, mondialisation : rien n'y fait : la vie des communautés sociales s'articule toujours autour de rites et de rituels, bien au-delà du domaine religieux.

Danses dehors

À différentes périodes du XXème siècle, les mouvements alternatifs ont sorti la danse des scènes et des théâtres. La raison était tantôt de redécouvrir le corps et de revenir à une danse organique et rituelle, tantôt d’imaginer une gestuelle personnelle et inspirée du quotidien ou encore de réagir à son environnement. Et lorsque la danse sort, elle se joue de la frontalité du plateau, parfois même de l’horizontalité et de l’apesanteur. Son aspect spectaculaire et performatif est alors remis en question et ses codes d’écriture sont bousculés.

Les arts du mouvement

Danse, jonglerie, voltige… Malgré leurs différences d’intention, de modalités ou d’outillage, ces arts ont pour point commun d’explorer les ressources physiques et expressives du corps en mouvement. Il arrive que les uns se frottent aux autres, et se fécondent. Le traditionnel numéro de trapèze prend alors l’allure d’une chorégraphie des airs. Parfois aussi, la danse se prolonge au-delà du geste du danseur : lorsqu’elle se mêle aux effets de lumière et d’image pour transformer la scène en espace du mouvement.